VIDÉO - Quand Balavoine interpellait Mitterrand : ''Le désespoir entraîne le terrorisme''

VIDÉO - Quand Balavoine interpellait Mitterrand : ''Le désespoir entraîne le terrorisme''

COMBAT - En 1980, sur le plateau de ''Antenne 2 Midi'', l'ex-JT de France 2, Daniel Balavoine, disparu il y a trente ans jour pour jour, s'insurgeait contre le manque de considération pour la jeunesse. Face au candidat socialiste à la présidentielle, l'interprète de ''Vivre ou survivre'' assurait que ''les jeunes'' allaient ''finir par virer du mauvais côté''.

Ses mots résonnent encore avec l'actualité. Le 19 mars 1980, Daniel Balavoine se retrouve aux côtés de François Mitterrand, candidat socialiste à la future présidentielle de 1981, sur le plateau de ''Antenne 2 Midi'', l'ex-JT de France 2. Comme à son habitude, le chanteur, décédé il y a trente ans jour pour jour dans un accident d'hélicoptère au Mali, n'est pas là pour faire de la figuration.

Alors que François Mitterrand n'en finit plus d'évoquer les bisbilles entre Parti socialiste et Parti communiste, Daniel Balavoine s'énerve. ''J'ai juste le temps de me mettre en colère (…) de paraître pour un petit merdeux (…) si j'avais su que je ne pouvais rien dire, j'aurais dormi beaucoup plus tard'', lance-t-il en se levant et en faisant mine de partir.

''La jeunesse ne croit plus en la politique française''

Il se rassoit et poursuit : ''Il n'y a jamais eu un jeune ministre de la Jeunesse en France. C'est tous des vieux. Regardez monsieur Soisson. Vous n'allez pas me dire que c'est un homme représentatif de la jeunesse. Regardez comment je suis habillé. Ils sont plus souvent habillés comme moi les jeunes que comme Monsieur Soisson.''

L'interprète de ''Vivre ou survivre'', cheveux long et blouson de cuir, s'insurge ensuite contre l'absence de jeunes dans les médias avant d'évoquer un malaise bien plus profond. ''C'est un avertissement. La jeunesse se désespère. Elle est profondément désespérée. Elle n'a plus d'appui. Elle ne croit plus en la politique française. Le désespoir est mobilisateur et quand il devient mobilisateur, il devient dangereux et ça entraîne le terrorisme. Il faut que les grandes personnes qui dirigent le monde soient prévenues que les jeunes vont finir par virer du mauvais côté parce qu'ils n'auront plus d'autres solutions'', lance-t-il devant un François Mitterrand qui ne semble pas se soucier plus que ça du sujet.

Tout a été dit, mais comme personne n'écoute, il faut toujours répéter, disait Gide. Daniel Balavoine ne pourrait pas aujourd'hui lui donner tort.

A LIRE AUSSI
>> VIDÉO – Le top 5 des plus grands tubes de Daniel Balavoine
>> Mais qu'est-ce qui pourrait sauver l'album de reprises de Balavoine ?

Les tags

    Et aussi

    Sur le même sujet

    À suivre

    Rubriques