Charlotte Gainsbourg révèle qu'elle a fréquenté un homme plus âgé lorsqu'elle avait 14 ans

Charlotte Gainsbourg révèle qu'elle a fréquenté un homme plus âgé lorsqu'elle avait 14 ans

CONFESSIONS – Dans un entretien accordé au musicien américain Danger Mouse, pour le compte du magazine "Interview", Charlotte Gainsbourg fait de surprenantes révélations sur sa vie intime. De l'âge de 14 à 19 ans, elle a vécu une histoire d'amour avec un homme plus âgé, à l'insu de ses parents.

C'est l'une de nos actrices les plus talentueuses. L'une des plus discrètes aussi sur sa vie privée. A l'occasion d'un entretien réalisé pour Interview par le musicien américain Danger Mouse, producteur et moitié du duo Gnarls Barkley, Charlotte Gainsbourg raconte sa jeunesse, dans l'ombre d'un papa que tout le monde admirait.

Alors qu'elle raconte avoir souvent changé d'école, "pour que les gens ne me connaissent pas trop", elle explique avoir eu "une histoire d'amour secrète, parce qu'il était beaucoup plus âgé". "Tout était secret, y compris pour mes parents", ajoute la comédienne, qui précise que l'histoire durera "cinq ans, jusqu'à mes 19 ans."

"J’étais dans un sale état"

La fin de cette histoire correspond également à la mort de Serge Gainsbourg, en 1991. "J’étais dans un sale état. J’avais telle­ment besoin de mon père pour me conso­ler de mon chagrin d’amour", se souvient-elle. Hasard de la vie, elle va tomber sous le charme du futur père de ses enfants, le comédien Yvan Attal .

"Ce n’est pas mon mari parce que nous ne sommes toujours pas mariés, mais nous sommes ensemble depuis que j’ai 19 ans", explique Charlotte Gainsbourg. "Je pense que nous nous sommes rencon­trés la première fois à mes 18 ans, mais les choses ne sont deve­nues sérieuses entre nous qu’un mois après la mort de mon père."

La naissance de leur fils, Ben, en 1997, avant Alice Jane en 2002 et Joe en 2011, va tout changer, d'après elle. "Le monde s’est ouvert à moi d’un coup", dit-elle. "Yvan m’a dit à ce moment là qu’a­vant, je ne faisais que regar­der la mort, et qu’a­vec cette nais­sance, je m’étais auto­ri­sée à regar­der la vie."

A LIRE AUSSI >>  "Les Sucettes" à l'anis de Gainsbourg ont laissé un goût amer à France Gall

Les tags

    Et aussi

    Sur le même sujet

    À suivre

    Rubriques