Faut-il traverser la Manche pour l'exposition sur les plus belles robes de Lady Di ?

SHOULD I STAY OR SHOULD I GO ? - Le Palais de Kensington, à Londres, propose une très jolie rétrospective des tenues les plus emblématiques de la princesse Diana, de ses timides débuts en tant que princesse à l’affirmation de sa féminité. Autant lever le suspense tout de suite : l’événement vaut le déplacement.

"Princesse, lanceuse de tendance, humanitaire et femme". Les qualificatifs, qui s’affichent en lettre noires à l’entrée de l’exposition, ne manquent pas pour tenter de cerner Lady Diana. 20 ans après sa mort, c’est à l’icône de mode que Kensington Palace rend hommage avec "Diana : son histoire avec la mode" - "Diana : Her Fashion Story". 


Le palais situé au cœur de Londres, résidence de Kate Middleton et du prince William, exhibe quelques-unes des tenues les plus emblématiques de la princesse de Galles. Un must-see pour les amateurs de mode et les fans de la famille royale britannique.  LCI s’y est rendu le mois dernier lors de son ouverture au public et vous donne trois bonnes raisons d’y aller.

  • 1Parce que c’est un régal pour les yeux

    Dentelle, sequins, tweed, flanelle… La liste des matières portées par Lady Di est longue. Difficile d'imaginer, en passant de salle en salle, que la jeune femme ne possédait qu'une seule robe, une chemise et une paire de chaussures lorsqu'elle devint princesse. "Le reste, elle l'empruntait à des amies", nous apprend l'exposition. "Shy Di" - "la timide Diana" - savait ce qu'elle aimait et a affirmé son caractère à travers ses toilettes. Le sage chemisier porté pour l'annonce de ses fiançailles avec le prince Charles a rapidement cédé la place à des tenues de designers renommés, comme Catherine Walker, Dior ou Atelier Versace. A chaque robe, son anecdote comme ce fourreau en velours noir dans lequel elle a dansé avec John Travolta à la Maison-Blanche. La dernière salle mêle robes et photos de la princesse les portant signés Mario Testino, manière de clore parfaitement l'ensemble.
  • 2Parce que la garde-robe de Lady Di a secoué l’Histoire

    Si l’habit ne fait pas le moine, il est néanmoins un moyen de faire passer des messages. Par ses choix vestimentaires, Diana a brisé plusieurs traditions ancestrales de la royauté britannique et imprimé son styl. Elle décida ainsi rapidement de ne plus porter de gants. "Elle a abandonné ce protocole car elle aimait avoir un contact direct avec les gens en leur serrant la main", apprend-on. Idem pour le sacro-saint chapeau qu'elle laissa au placard lors de ses visites à l'hôpital. "Elle disait qu'on ne pouvait pas câliner un enfant en portant un chapeau sur la tête", selon le chapelier Philip Somerville. Diana devint également la première femme de la famille royale à être photographiée en pantalon lors de soirées. Elle portait également souvent du noir, habituellement réservé pour le deuil.
  • 3Parce que vous avez deux expositions pour le prix d’une

    Trois petites salles, un couloir et puis c'est tout. L'exposition comble les attentes mais nous laisse néanmoins sur notre faim car on aurait voulu en découvrir encore plus. Pour le prix du billet - 19,50 euros - vous aurez en prime une visite du palais (certes beaucoup moins intéressante que Buckingham) et de ses jardins.

En vidéo

Comment la mort de Lady Diana a fait vaciller la couronne d'Elizabeth II

Quand y aller ?

Lancée le mois dernier, l’exposition est quelque peu victime de son succès. Les premiers jours, les visiteurs ont attendu jusqu’à deux heures – même en ayant acheté leur billet à l’avance – pour pouvoir entrer. Il est tout de même fortement recommandé de pré-réserver vos tickets, de nombreuses dates affichant déjà complets jusqu’en juillet. La liste est disponible sur le site de Kensington Palace, qui conseille d’éviter les heures d’affluence, "entre 11h et 15h". Il vous reste deux ans pour planifier votre séjour londonien, l'exposition ayant été prolongée jusqu'en 2019.

Plus d'articles

Les tags

    Sur le même sujet

    En ce moment

    Rubriques