Emily Ratajkowski a-t-elle raison de s’insurger après la publication de photos érotiques inédites ?

Emily Ratajkowski a-t-elle raison de s’insurger après la publication de photos érotiques inédites ?

ON S’INTERROGE – Le mannequin anglo-américain a expliqué, dans une série de tweets postés mercredi, être furieuse contre la parution, sans son autorisation, d’un livre rassemblant d’anciens clichés professionnels d’elles entièrement nus. Un exercice auquel elle se prête pourtant volontiers sur ses propres réseaux sociaux...

Elle a fait de son corps sa marque de fabrique. Mais rappelle aujourd’hui qu’elle ne souhaite le dévoiler que sous ses propres conditions. Emily Ratajkowski est sortie de son silence quelques jours après la parution d’un livre rassemblant une série de photos inédites ultra sexy signés Jonathan Leder et rendus publics sans l’accord de la principale intéressée. "J’ai résisté à l’envie de parler publiquement des clichés récemment publiés pour éviter de lui faire de la publicité. Mais j’en ai assez. Ce livre et les images qu’il contient sont une violation", écrit-elle sur Twitter.

"Parmi la centaine de photos publiées, cinq ont été utilisés comme c’était prévu : dans un magazine d’art en 2012", poursuit-elle. En mai de cette année-là, avant qu’Emily Ratajkowski ne soit propulsée sur le devant de la scène par sa prestation très dénudée dans le clip "Blurred Lines" de Robin Thicke, elle pose pour l’appareil Polaroid de Jonathan Leder. "En lingerie (et moins), sur des tapis floraux, des canapés luxueux et de grands lits en cuivre, elle est une reine pin-up vintage avec un côté XXIe siècle", peut-on lire dans la description de l’ouvrage sur le site de Imperial Publishing

Droit à l’image...

Disponibles en ligne, certains clichés ont même été floutés par les médias britanniques qui les jugeaient trop osés. Rachetés par une maison d’éditions, ils seront exposés dans une galerie new-yorkaise dès le mois de février. Emily Ratajkowski affirme qu’ils ont été "utilisés sans [son] autorisation". Un contrat a-t-il été passé entre le photographe et son modèle ? Si oui, les termes de l’accord devraient facilement pouvoir aider la mannequin de 25 ans a plaidé sa cause en justice, comme le lui conseillent bon nombre de ses followers sur Twitter. Surtout afin de déterminer à qui appartiennent les photos et donc de lui permettre de contester la publication.

... et droit du contrôle de son image

"Ces photos sont tout le contraire de ce pourquoi je me bats", explique-t-elle encore, à savoir "que les femmes puissent choisir quand et comment elles veulent partager leur sexualité et leurs corps". Une position qu’elle avait déjà ardemment défendue dans un article pour Lenny, la revue numérique de Lena Dunham, et qu’on comprend aisément. C’est d’ailleurs ce qu’elle fait régulièrement sur ses réseaux sociaux, partageant des photos d’elle en bikini, topless ou totalement nue. Message féministe ou exhibition ? Le débat agite les réseaux sociaux à chacun de ses posts, comme lorsqu’elle avait soutenu Kim Kardashian lors de l’affaire de son selfie nu face au miroir

Et aussi

Les tags

    Sur le même sujet

    À suivre

    Rubriques