Kate et William, l’arme secrète de Londres pour faire passer la pilule du Brexit ?

Kate et William, l’arme secrète de Londres pour faire passer la pilule du Brexit ?

ROYAL AMBASSADEURS – En l'espace de quatre mois, la duchesse et le duc de Cambridge vont se rendre en France et en Allemagne, deux des cinq pays fondateurs de l’Union européenne. Un hasard ? Pas tout à fait, alors que démarrent les négociations sur la sortie de l’Union.

Mais à quoi peut bien servir la famille royale britannique ? La question taraude pas mal de sujets au Royaume-Uni. Inaugurations, poignées de main, galas de charité… Chacune des apparitions d’Elizabeth, Charles et consorts est scrutée, sans que jamais un mot plus haut que l’autre ne soit prononcé. La règle d’or chez les Windsor ? La neutralité, en particulier dans le domaine politique. Un rôle qui est en train d’évoluer de manière très subtile au moment où le royaume en a sans doute le plus besoin.

Habitués des voyages officiels, Kate Middleton et le prince William sont attendus à Paris les 17 et 18 mars, puis en Allemagne et en Pologne en juin. Un coup d’œil aux communiqués de Kensington Palace permet de noter une différence de langage qui a toute son importance. Alors que la plupart de leurs déplacements se font "à l’invitation de", c’est cette fois-ci "à la demande du ministère des affaires étrangères et du Commonwealth" qu’ils agissent. Lorsque William s’était rendu en Allemagne en solo l’été dernier, il y avait aussi été envoyé par "le gouvernement de sa Majesté".

Suffisant pour donner au duc et la duchesse de Cambridge des allures d""armes secrètes du Brexit", comme le titrait le DailyMail la semaine dernière. "Le ministère voit la famille royale comme une 'force puissante' pour faire le pont avec les nations de l’Union européenne", écrivait le tabloïd, précisant que la famille royale "peut ouvrir des portes à des échelons plus importants que certains ministres". Ses membres sont "des ambassadeurs excellents et expérimentés", a pour sa part commenté un porte-parole du ministère.

Le fait qu’ils ne soient pas des figures politiques est un avantageClare Bennett, journaliste

Si Charles et Camilla entameront également une mini-tournée en Europe, Kate et William devraient se voir décerner les rôles les plus importants. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si ce sont eux qui rendront visite au couple franco-allemand. A Berlin, ils doivent s’entretenir avec Angela Merkel dans le but de "'détoxifier' les négociations et préparer le terrain pour un futur accord commercial", ont soufflé des sources gouvernementales britanniques au Telegraph. Leur escapade allemande serait en fait "une manière de tendre une main d'amitié, moins de quatre mois après le déclenchement par Theresa May des négiociations sur le Brexit".

"Le fait qu’ils ne soient pas des figures politiques est un avantage. Ils sont la combinaison parfaite du poids de notre histoire et notre monarchie avec la sensibilité moderne d’une famille jeune et séduisante", explique à LCI Clare Bennett, auteure du Journal intime du Prince George. "Ils sont très populaires et nous pourrions utiliser toute l’aide possible avant le Brexit !", s’amuse la journaliste britannique. Une sorte de soft power à l’américaine en somme. Dans son dernier article publié dans l'édition de mars du magazine Tatler, elle s'imagine d'ailleurs "comment la duchesse de Cambridge peut sauver le monde" avec "ses cheveux et sa douce et unique diplomatie". Une pure fiction, évidemment. 

En vidéo

Le Petit Q : Prince William et Kate, leur famille en or

Plus d'articles

Sur le même sujet