"Diana m’a dit : 'Mon Dieu, que s’est-il passé ?'" : le premier pompier intervenu sur les lieux de l'accident témoigne 20 ans après

RÉCIT - Il pensait lui avoir sauvé la vie avant d'apprendre, quelques heures plus tard, le tragique décès de la princesse de Galles à l'âge de 36 ans. Xavier Gourmelon, alors pompier de Paris, et son équipe sont arrivés sur place avant tout le monde. Il raconte pour la première fois au "Sun" cette nuit du 30 au 31 août 1997 dont "le souvenir restera en lui pour toujours".

C'était une nuit comme les autres. Un accident. Un appel. Et une partie de la bridage de pompiers qui se déplace pour porter assistance. Le soir du 30 août 1997, Xavier Gourmelon est de garde tout près du tunnel du pont de l'Alma, sous lequel la voiture de Diana viendra s'encastrer de plein fouet. S'il parle maintenant, c'est qu'il n'est plus soumis au droit de réserve imposé aux militaires français. Aujourd'hui responsable des services d'urgences à l'aéroport de Brest, il estime qu'il est juste pour lui de partager "le souvenir de cette nuit qui restera en [lui] pour toujours".

 "Nous nous trouvions tout près du lieu de l’accident et cela ne nous a pris que trois minutes pour y arriver.  Mon équipe de dix hommes se trouvait dans deux camions et nous étions les premiers sur place", se souvient-il pour The Sun, à qui il accorde sa toute première interview, 20 ans après les faits. Les pompiers "travaillent alors comme sur n'importe quel accident " et cherchent à "voir qui a besoin d'aide et qui est en vie", poursuit-il, parlant d'une "voiture très abîmée". "Pour moi, c'était un banal accident de la route avec les causes habituelles, la vitesse et un conducteur ivre", raconte-t-il. Un conducteur déjà mort à l'arrivée des secours : "on ne pouvait rien faire pour lui".

En tant que premier intervenant vous voulez sauver des vies, et c’est ce que je pensais avoir faitXavier Gourmelon, persuadé d'avoir sauvé la princesse avec son massage cardiaque

Au sol, à l'arrière du véhicule, se trouve une femme dont il ne connaît pas encore l'identité. "Elle bougeait très légèrement et je pouvais voir qu’elle était en vie. Je pouvais voir qu’elle avait une légère blessure à l’épaule droite mais en dehors de ça, il n’y avait rien de significatif. Il n’y avait pas de sang du tout", dit-il. Xavier Gourmelon se rémémore lui avoir "tenu la main et lui avoir dit de se calmer, de ne pas bouger". "Je lui ai dit que j'étais là pour l'aider et la rassurer. Elle m'a dit : 'Mon dieu, que s'est-il passé ?'", ajoute-t-il. 

En vidéo

Diana, 20 ans après : 5 lieux incontournables à Londres pour partir sur les traces de la princesse

La victime est sortie du véhicule puis fait un malaise cardiaque et cesse de respirer. "Je lui ai fait un massage cardiaque et quelques secondes plus tard, elle a commencé à respirer à nouveau. C’était un soulagement, bien sûr, parce qu’en tant que premier intervenant vous voulez sauver des vies, et c’est ce que je pensais avoir fait", regrette-t-il. Alors que l'ambulance quitte les lieux, un autre membre des services de secours l'informe qu'il s'agit de la princesse Diana. Il apprendra sa mort quelques heures plus tard : "Je sais maintenant qu’elle souffrait de très sérieuses blessures internes. mais tout cet épisode est encore ancré dans mon esprit".

Plus d'articles

Sur le même sujet