"Much Loved" : agressée et victime de menaces de mort, Loubna Abidar trouve refuge en France

"Much Loved" : agressée et victime de menaces de mort, Loubna Abidar trouve refuge en France

DirectLCI
AGRESSION - Après l'agression extrêmement violente dont elle a été l'objet, la semaine dernière, Loubna Adidar, l'une des actrices principales du film "Much Loved" de Nabil Ayouch, est arrivée en France, ce dimanche 8 novembre.

Elle savait que ce rôle était probablement un risque mais de là, à imaginer que cela se traduise par des faits de violence, sans doute Loubna Abidar ne l'avait pas imaginé. Pourtant, c'est ce qu'il s'est passé, la semaine dernière, jeudi précisément.

L'actrice a raconté avoir été victime d'une très violente agression à Casablanca, au Maroc. Une agression lâche et violente qui a décidé la jeune actrice à venir en France. Ce dimanche, elle a atterri à Paris, "pour se faire soigner et sortir du Maroc", indique l'attachée de presse du film qui fait polémique au Maroc. L'attachée de presse indique par ailleurs qu'elle ne souhaite pas donner d'interviews pour le moment. 

À LIRE AUSSI >> Loubna Abidar, victime d'une très violente agression à Casablanca

Victime incessante de menaces de mort et physiques depuis sa participation au film qui évoque la prostitution au Maroc, Loubna Abidar a publié, vendredi, une vidéo sur les réseaux sociaux, dans laquelle elle apparaît le visage tuméfiée, l'arcade sourcillière éclatée, expliquant qu' "aucun commissariat ni aucun médecin n’ont accepté de me soigner. Tout le monde se moquait de moi et disait 'Enfin Abidar! Tu t’es fait frapper!'", affirme l'actrice dans la vidéo postée sur les réseaux sociaux, selon les propos traduits par l'hebdomadaire marocain francophone Telquel. Cette agression n'a pas pu être confirmée par des sources officielles au Maroc. 

À LIRE AUSSI >> Loubna Abidar, victime de menaces de mort 

Elle n'est pas la seule victime d'une agression extrêmement violente depuis le tournage du film. En juin dernier, c'est un autre acteur du film, Mohamed Amine Jadil qui affirme avoir été agressé au couteau. "Après ma sortie du studio d'une radio où je donnais une interview, je suis passé pas loin du quartier où j'habite et j'ai été surpris par quelqu'un qui n'était pas du coin qui me demande s'il peut me parler (...) Il a tenté de m'immobiliser pour me balafrer le visage avec un couteau, mais il m'a touché au cou, m'accusant de donner une mauvaise image du Maroc", racontait l'acteur.

Le réalisateur Nabil Ayouch expliquait à Metronews , en mai dernier qu'il avait dû se déplacer avec des gardes du corps. Sur les écrans français depuis le 16 septembre dernier, il devait initialement sortir en salles au Maroc à l'automne, mais avait été interdit préventivement, en mai, par le gouvernement marocain qui avait évoqué "un outrage grave aux valeurs morales et à la femme marocaine".
 

EN SAVOIR +
>> Much Loved, la critique : un film sans complaisance 
>>  Le film de Nabil Ayouch couronné à Angoulême

Plus d'articles