Shia Labeouf raconte ses séjours en prison (et il y en a pas mal)

Shia Labeouf raconte ses séjours en prison (et il y en a pas mal)

PRISON BREAK - À cinq reprises, Shia Labeouf a expérimenté la vie derrière les barreaux. Il raconte dans un livre, les raisons qui l'y ont conduit et ce qu'il en a retenu.

Après ses multiples démêlés avec la justice, Shia Labeouf a choisi de raconter son expérience en prison dans Prison Ramen, un livre-compilation sur les diverses expériences des célébrités, lors de leur passage plus ou moins éclairs derrière les barreaux. 

Au programme de ce livre, on retrouve ainsi les récits de Slash, Danny Trejo, Tarynn Manning et l'acteur de Transformers, Shia Labeouf, qui raconte notamment qu'il avait 9 ans, la première fois qu'il a eu affaire avec la justice. 

À LIRE AUSSI >> Shia Lebeouf et Mia Goth se disputent violemment 

"J'ai été envoyé en prison cinq fois. La première fois, j'avais 9 ans. J'ai été envoyé là-bas, pour avoir volé une paire de Nike Cortez dans une boutique et détenu pendant six heures", raconte l'acteur. La seconde fois, il avait onze ans et fut incarcéré après avoir volé un jeu Gameboy dans un supermarché. "Cette fois encore, on m'a gardé six heures", précise-t-il.

Pour son troisième séjour, Shia Labeouf avait vingt ans. "J'avais tenté de poignarder mon voisin et j'ai passé deux jours en prison. Quand j'étais là, j'ai enfin réalisé qu'être en prison n'était pas normal. Ça craint à mort", se souvient l'ex enfant terrible du cinéma américain. C'est à Chicago, qu'il passe une nouvelle fois, la nuit derrière les barreaux, pour avoir refusé de quitter Walgreens, un supermarché de la ville. Il passe donc la nuit en prison et "pour une raison que j'ignore, détaille-t-il, j'ai eu la meilleure nuit de ma vie". 

À LIRE AUSSI >> L'acteur Shia Labeouf arrêté pour troubles à l'ordre public 

Enfin, en 2014, il décide d'aller voir la pièce "Cabaret" sur Broadway. Sauf que là, encore, son tempérament de feu lui fait défaut et il se retrouve une fois encore, en prison. Mais l'acteur semble, avoir pris du recul sur son expérience. "Quand je suis nerveux à propos de ma créativité, je pense à mes échecs dans la vie et dans le domaine artistique. Réfléchir à mes pétages de cables me permet de ne plus avoir peur. C'est libérateur de déconner et de guérir", explique-t-il, philosophe. 

Plus d'articles

En ce moment

Rubriques