The Voice, la finale : quatre choses que vous ne savez (peut être ) pas sur Lisandro Cuxi le vainqueur de la 6e édition

DirectLCI
FINALE - La grande finale de la saison 6 de The Voice a livré son verdict. Et c'est Lisandro Cuxi, protégé de M. Pokora qui a remporté le prix de "plus belle voix de l'année". Parmi les quatre finalistes, Lisandro Cuxi a particulièrement marqué la saison. Voici quatre infos que vous ignorez peut être sur ce gamin de 17 ans qui a su faire de ses faiblesses une force.

"C'est une rêve immense". Lisandro Cuxi n'en revient pas. Il a remporté The Voice 2017.  "Imposssible, je n'y crois pas" a déclaré  le jeune homme, juste après sa victoire, à Nikos Aliagas. Le nouveau vainqueur a d'abord remercié sa mère dont il est très proche puis d'hurler "MP,MP,MP" en hommage à son mentor, le chanteur M.Pokora.


Mais qui est ce jeune homme au talent fou qui a séduit le public (et les coachs) ? Voici quatre choses à connaitre sur celui qui a notamment interprétré  avec brio le titre issu de la comédie musicale "Les 10 commandements", "L’envie d’aimer" et "Cry me a river" de Justin Timberlake.

1. La finale de The Voice (kids), il a déjà connu

Et Lisandro n'est pas en terre inconnue. En effet, il a été finaliste de l'équipe de Jenifer il y a deux ans lors de la deuxième saison de The Voice Kids. Cette première participation au concours lui avait permis d'avoir une certitude : chanter sera son métier. Du coup, tout en continuant ses études en première professionnelle commerce, il a pris des cours de chant et a travaillé ardemment sa présence scénique. "Dès que je l’ai vu et entendu, je me suis dit : celui-là, je le prends en mains, car il peut aller loin!", déclarait en février dans Nice-Matin Clotilde Ebbo, sa prof de chant. 


Mais cette fois, la pression n'est pas la même. Gagner la version adulte de The Voice est un nouveau défi. Qualifié pour la finale, il ne lui reste plus qu'une marche à gravir, la plus haute certainement, quand on connaît son histoire.

En vidéo

Lisandro Cuxi, grand gagnant de The Voice :"C'est un rêve immense"

2. A 9 ans, il ne parlait pas un mot de français

Originaire du Cap-Vert, né au Portugal et élevé dans un quartier populaire de Cannes, "Lisandro est arrivé à 9 ans sans parler un mot de français, sa mère est femme de ménage, ils sont cinq enfants", détaillait dans Le Parisien le maire de Cannes, David Lisnard, l'un de ses plus fidèles soutiens. "Lisandro aurait pu mal tourner et au lieu de ça, il y a eu dans cette famille un cercle vertueux qui mérite d'être encouragé", ajoutait l'édile.

3. Un père absent, des larmes et un message

Mais peu après son arrivée en France en 2009, Lisandro a dû affronter la séparation de ses parents et la prise de distance de son père... Une blessure intime que le jeune homme a livré à des millions de téléspectateurs samedi dernier, quand il a dédié à son papa le titre de Calogero "Si seulement je pouvais lui manquer". Emu aux larmes, Lisandro a réussi à terminer son morceau avant de quitter le plateau. "C'était trop lourd, je ne voulais pas rester en pleurant à côté de Nikos. Je n'arrive pas à dire à mon père que je l'aime, alors je l'ai fait en chanson", confiait-il à la fin de l'émission.

 

Et de l'autre côté de l'écran, cet appel émouvant a apparemment fait mouche : "Mon père m'a envoyé un petit message. Il est comme moi, il ne parle pas beaucoup. Il m'a juste dit qu'il était là et qu'il me soutenait. Cela me touche vraiment, je ne regrette pas d'avoir pleuré car c'était sincère ", a-t-il confié au Parisien.

En vidéo

Lisandro en larmes : un message à son père absent

4. Un bégaiement qui lui valu de nombreuses moqueries

Parmi les autres failles que le jeune homme tente de surmonter, il y a le bégaiement que les téléspectateurs n'ont découvert que tardivement. Un trouble, apparu à son arrivée en France, et qui lui valu quelques moqueries à l'école, mais qui s'envole comme par enchantement lorsque Lisandro se met à chanter. Ce soir, le jeune talent est bien décidé à tout donner pour sa mère et ses frères et soeurs, pour leur rappeler qu'il ne serait rien sans eux : Maria, Soraia, Renato, Jeremy, Wilson, des prénoms qu'il a fait écrire sur de petits bracelets colorés et qui ne quittent jamais ses poignets. 

Consultez toutes les infos et vidéos THE VOICE sur le site officiel de l’émission https://www.tf1.fr/tf1/the-voice

Plus d'articles

Sur le même sujet