Alain Delon se confie à Valérie Trierweiler : "Sans Mireille Darc, je peux partir moi aussi"

EMOTION – Dans une interview accordée à la journaliste Valérie Trierweiler pour "Paris Match", Alain Delon réagit pour la première fois à la disparition de Mireille Darc, survenue ce lundi 28 août à l'âge de 79 ans.

Ils se sont tant aimés. Paris Match publie ce mercredi le premier entretien d’Alain Delon depuis la mort de Mireille Darc, le 28 août, à l’âge de 79 ans. Des propos recueillis par la journaliste et écrivain Valérie Trierweiler, quelques heures seulement après la disparition de l'icône du cinéma français, affaibilie par trois attaques cérébrales au cours de l'année 2016. "Elle était la femme de ma vie", confie le comédien, très ému. "Nous avons été si heureux ensemble, et heureux de tout… Nous avions tout, et elle était tout pour moi."

Si nous avions été coiffeurs, nous aurions connu le même bonheurAlain Delon

"Nous étions heureux d’être acteurs tous les deux et de jouer ensemble, mais si nous avions été coiffeurs, nous aurions connu le même bonheur pourvu que nous ayons été ensemble. Elle était ma moitié. On ne se posait pas de questions, on se complétait", rappelle Alain Delon qui avait rencontré Mireille Darc en 1968 sur le tournage de Jeff, de Jean Herman. 15 ans plus tard, ils se sépareront, la comédienne ne pouvant avoir d’enfants en raison d’une malformation cardiaque. Ils seront restés amis jusqu'au bout.

"Aujourd’hui, je préfère avoir l’âge que j’ai plutôt que 40 ans. Je n’aurai pas beaucoup d’années à vivre sans elle, pas trop d’années à souffrir. Elle, au moins, ne souffre plus. Elle repose. Sans elle, je peux partir moi aussi", lâche le comédien âgé de 81 ans qui s’était rendu au chevet de son ex-compagne dans la nuit de vendredi à samedi. "Son poignet était devenu si fin, elle avait tant maigri… Je l’ai embrassée", conclut-il. 

Plus d'articles

Sur le même sujet