Manuel Valls candidat ? À droite comme à gauche, François Hollande mis au placard

2017 : la bataille de la gauche

Voir
CATACLYSME POLITIQUE - Dans un entretien au "Journal du dimanche" du 27 novembre, Manuel Valls a déclaré ne pas exclure d’être candidat face au chef de l’Etat à la primaire du PS. Depuis, la pression sur François Hollande s'accentue. La droite comme la gauche estime que le président devrait laisser place à la nouvelle génération.

En annonçant ne pas écarter la possibilité de se porter candidat à la primaire de la gauche dimanche, Manuel Valls a provoqué un raz-de-marée politique. Ce mardi dans l'hémicycle, impossible pour lui d'échapper aux questions cinglantes de l'opposition. "Compte tenu de vos déclarations sidérantes du week-end, allez-vous déclarer votre candidature à l'élection présidentielle en ayant, une fois n'est pas coutume, le courage d'assumer clairement vos ambitions ?" l'interroge sans détour Christian Jacob, président du groupe des Républicains à l'Assemblée, avant de l'enjoindre, si tel était le cas, à poser immédiatement sa démission. Tout en évitant de répondre à la question, le Premier ministre a pris le micro en assurant l'absence de crise institutionnelle, "parce que je suis là pour critiquer le projet de François Fillon, parce que je suis là aussi avec tous ceux, aujourd'hui dans la majorité, pour défendre un projet pour la France".

À droite comme à gauche, François Hollande sur la sellette

Comme dans l'hémicycle, la droite revigorée par la réussite de sa primaire s'en donne à cœur joie dans les couloirs de l'Assemblée et attaque directement le chef de l'État. "Aujourd'hui, on se retrouve dans une situation où le président de la République est contesté jusqu'au sommet de l'exécutif. C'est quand même une situation inédite sur le plan institutionnel", souligne Valérie Boyer, députée Les Républicains des Bouches-du-Rhône. Claude Goasguen, député LR de Paris, s'exaspère de cette situation "ridicule" qui participe à "discréditer la vie politique auprès des Français".


La gauche n'est pas plus tendre avec François Hollande. Pour elle, le président en difficulté ne peut pas défendre le bilan de sa majorité. Pour Malek Boutig, député PS de l'Essonne, le scénario est simple. "François Hollande doit quitter avec grandeur la présidence en disant qu'il finit son mandat mais qu'il passe la main à une nouvelle génération. Et Manuel Valls doit être candidat à la primaire", assure-t-il. Pour François Hollande, passer serait un coup de force. Perdre la primaire une humiliation. Il devrait se prononcer sur sa candidature dans les prochains jours.

Rétropédalage de Manuel Valls : fin des rumeurs de démission

JT 20H - Hollande et Valls : vers une crise de régime ?

Tout savoir sur

Tout savoir sur

2017 : la bataille de la gauche

Plus d'articles

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques