A peine élus, déjà absents à l’Assemblée ? Des députés pointés du doigt, ils s’expliquent

A peine élus, déjà absents à l’Assemblée ? Des députés pointés du doigt, ils s’expliquent

DirectLCI
ASSEMBLÉE - Le site Nosdéputés.fr a fait le bilan de la présence des députés à l’Assemblée depuis leur prise de fonction le 26 juin dernier. Une dizaine d’entre eux sont pointés du doigt pour absentéisme dans l'hémicycle. Contactés par LCI, ces "mauvais élèves" s’expliquent.

Il y a ceux dont le téléphone sonne dans le vide, ceux qui ne connaissent pas encore leur numéro, et ceux qui s’insurgent quand les questions pointent leur absentéisme à l’Assemblée nationale. Car depuis leur rentrée, le 27 juin dernier, certains députés n'ont pas encore parfaitement trouvé le chemin du Palais Bourbon.


Le site NosDéputés.fr, recense l'activité des élus. Ce jeudi, le bilan des premières semaines de l'Assemblée nationale a été publié. En se basant sur la présence des élus en commission mais aussi dans l'hémicycle (présence non-obligatoire),  le site souhaite montrer l'engagement législatif des parlementaires. Questions posées, amendements signés mais aussi votes, tout est consigné. 

"Vous pouvez m'épeler le nom ?"

Parmi eux, Patrick Vignal, député REM de la 9ème circonscription de l'Hérault. "Qui ça ? Vous pouvez m'épeler le nom s'il vous plaît ?", demande-t-on au standard de l'Assemblée. Et pour cause. Depuis son élection,  il n'a pas été vu une seule fois. Ni en commission, ni dans l'hémycicle. Aucun amendement signé, ni déposé, aucune question posée. Contacté à plusieurs reprises par LCI, son poste à l’Assemblée sonne dans le vide. Pareil pour son téléphone portable. 


Epinglé aussi par le site, l’ancien ministre socialiste, Stéphane Le Foll, aujourd’hui député Nouvelle Gauche de la 4ème circonscription de la Sarthe s’énerve. "Je prends mes marques, se justifie-t-il auprès de L'Express. Et si je n'étais pas en commission celle du développement durable, c'est parce que j'étais à Montpellier pour l'initiative 4 pour 1000!", initiative qu'il a relancée fin 2015 pour améliorer le stockage du carbone dans les sols.  

En vidéo

Nouveaux députés à l'Assemblée

Des réunions qui tombent en même temps

Autre cas, cette fois-ci, celui de Thierry Solère. Ce député Les Constructifs de la 9ème circonscription des Hauts-de-Seine est questeur dans trois délégations différentes et membre de la commission des affaires étrangères. Le questeur est chargé de la gestion financière et de l'administration intérieure. "Il est présent tout le temps à l’Assemblée nationale", assure son entourage à LCI.fr . "S’il n’est pas présent à toutes les séances de commissions, c’est parce que les réunions tombent en même temps que celle des questeurs. "A cela s’ajoute un changement de commission tardif. Beaucoup de dysfonctionnements qui devraient rentrer dans l’ordre à la rentrée en septembre", nous explique-t-on. 


Puis, il y a ces députés REM que le site affiche. Florian Bachelier (8ème circonscription d'Ille-et-Vilaine), François-Michel Lambert (10ème circonscription des Bouches-du-Rhône), Pascale Boyer (1ère circonscription des Hautes-Alpes) ou encore Laurianne Rossi, députée de la 11ème circonscription des Hauts-de-Seine. Eux racontent avoir bien été présents aux commissions, et si leur présence n’est pas notée c’est une erreur. L'entourage de Florian Bachelier insiste même pour indiquer que le député REM "est extrêmement assidu." 

"On ne m’avait pas notifié que je devais être présent"

"Je ne sais pas sur quelles données ils se basent, raconte Laurianne Rossi à LCI.fr. Je suis là à la plupart des réunions de groupes." Ce qui est différent des commissions. Aucune loi n'est votée dans ces réunions qui ont pour objectifs de définir la ligne du groupe politique à l'Assembéle nationale. 


" Chaque semaine, j’assiste au moins à une réunion de questeur, continue cette députée des Hauts-de-Seine. De plus à chaque réunion de commissions de développement durable et aménagement du territoire [de laquelle elle est membre], je suis présente. Après, oui, il m’arrive d’arriver en retard. Mais je suis bien là.".


Et puis, il y a ceux qui n’étaient pas au courant qu’ils devaient être présents. C’est le cas du nouveau député Jimmy Pahun, apparenté Modem. "On ne m’avait pas notifié que je devais être présent pour le vote de la loi d’habilitation", se justifie-t-il à LCI.fr  


D’un ton léger et amusé, il raconte être pourtant très présent à l’Assemblée. Entre les commissions, les réunions de groupes, et les rencontres, quand "il n’est pas présent, il demande des comptes-rendus", ajoute son attaché parlementaire. Alors comment expliquer cette absence notifiée ? "Je ne devais pas être là au bout endroit, au bon moment pour appuyer sur le bouton de vote", lance le député. 

Plus d'articles

Sur le même sujet