A quoi pourrait ressembler le service civique obligatoire ?

A quoi pourrait ressembler le service civique obligatoire ?

VIVRE ENSEMBLE - L'idée d'un service civique obligatoire fait son chemin comme outil de cohésion, quelques semaines après les attentats meurtriers de Paris. Mais le caractère obligatoire, évoqué un temps par François Hollande, ne fait pas l'unanimité.

A quoi pourrait ressembler le service civique obligatoire, déjà évoqué par François Hollande ? Depuis les attentats meurtriers de Paris, l'idée revient avec force comme moyen pour renforcer la cohésion nationale. Dans l’opinion publique, d’une part : selon un sondage YouGov pour 20minutes, 73,8 % des Français interrogés sont pour . Les parlementaires y songent également. En début de semaine, Le Lab d’Europe1  révélait que le groupe PS à l’Assemblée nationale travaillait à une proposition de loi dans ce sens pour créer un "service national républicain obligatoire".  

Contacté par metronews, le député socialiste Yves Blein chargé de chapeauter son élaboration, qui pourrait être bouclée d’ici un mois, précise les contours de ce service civique obligatoire : "il s’adresserait aux 750.000 jeunes Français de 16 à 25 ans et durerait 6 mois maximum. Un temps qui pourra être fractionné, de quelques heures par semaine à 6 mois continus". Il serait composé de deux temps distincts : 15 jours de "regroupement républicain" suivis de différentes missions comme "du soutien scolaire, de l’aide aux personnes âgées, etc", précise le député. Ce service civique obligatoire serait-il rémunéré ou indemnisé ? "Nous n’en sommes pas encore là", balaye-t-il.  Le  service civique  actuel, qui se fait sur la base du volontariat et est indemnisé à hauteur de 573 euros par mois, serait conservé

Un CPE bis ?

Lors de son passage sur TF1 dans l’émission En direct avec les Français, le 6 novembre dernier, le chef de l’Etat avait mis sur la table une "réforme [du] service civique". "Aujourd’hui, il y a à peu près 35.000 personnes en service civique. C’est peu. Je voudrais l’élargir, aller vers un service qui pourrait s’appeler 'universel'. On a besoin de cohésion dans notre pays." Par "universel", François Hollande entendait qu’il pourrait concerner tous jeunes Français ou résidents français entre 16 et 25 ans, pour une durée de 2 à 3 mois, non-indemnisé. L’idée ? "Donner son temps" expliquait-il alors, ajoutant : "Pour que ce soit obligatoire, c’est vrai que ça mériterait un référendum." 

Toutefois, le caractère contraint de ce service civique est loin de faire l'unanimité. Premier à monter au créneau ce jeudi, François Chérèque, le président de l’Agence du service civique, ancien secrétaire général de la CFDT, qui y est  farouchement opposé  : "Si cette proposition de loi est débattue, la jeunesse ne l'acceptera pas, on aura un mouvement type CPE", prévient-il. Il redoute que le côté obligatoire soit perçu comme une punition : "Ce qu'on leur propose, c'est un service obligatoire gratuit de 6 mois dont 15 jours en caserne. C'est punitif, ce n'est pas du tout ce qu'il faut faire : il faut associer les jeunes aux propositions avant de décider".

Le ministre calme le jeu

Interrogé par metronews, Patrick Kanner, le " ministre inconnu " de la Ville et de la Jeunesse n’écarte pas, lui, l’idée d’un service civique obligatoire : "il y a la question d'un engagement obligatoire. Comment articuler [le service obligatoire et le service volontaire] ? Par exemple, en imposant un engagement vers 16-18 ans, puis un service civique facultatif plus tard. Il faut aussi que ce soit un outil de promotion, gagnant-gagnant".

L’idée d’un référendum sur le sujet "ne le choque pas", d’autant que "le Président ne l'a pas écarté puisque c'est lui-même qui l'a évoqué lors de son intervention télévisée de novembre". Seul impératif selon lui : "Qu'il ne soit pas présenté comme une punition mais comme une marque de confiance en notre jeunesse."

LIRE AUSSI >> Metronews a interviewé Patrick Kanner, "le ministre inconnu"

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques