Affaire Bygmalion : Sarkozy, seul contre tous

Affaire Bygmalion : Sarkozy, seul contre tous

UMP - Nicolas Sarkozy a beau jurer qu'il ne connaissait pas la société Bygmalion (qui a organisé un système de fausses factures pour sa campagne présidentielle de 2012), ils sont de plus en plus nombreux à affaiblir sa ligne de défense. Ses adversaires... mais aussi ses soutiens.

Solitaire dans sa défense. "J’ai appris le nom de Bygmalion longtemps après la campagne présidentielle." Depuis son retour dans l'arène politique, Nicolas Sarkozy martèle ne jamais avoir été au courant du système de fausses factures mis en place lors de sa campagne de 2012. Problème : ils sont de plus en plus nombreux - ses concurrents, des cadres de Bygmalion, mais aussi ses proches – à affaiblir ces justifications.

EN SAVOIR + >> Ces affaires qui pourraient freiner son retour

Bastien Millot le met en cause
Interviewé par l'Express ce mardi, le codirigeant de Bygmalion, Bastien Millot, met en cause Nicolas Sarkozy, qui, selon lui, ne pouvait pas ignorer les surfacturations opérées entre sa société et l'UMP. "Rappelons quelques évidences : une campagne se déroule au bénéfice d'un candidat et sous sa responsabilité.(...) Mais c'est bien le candidat lui-même qui signe le compte de campagne à la fin, avec une responsabilité légale et financière. Il est donc difficile d'imaginer qu'il l'ait signé sans regarder". Et d'enfoncer : "En outre, il serait naïf de croire que les questions financières d'une campagne présidentielle échappent totalement à un candidat, quel qu'il soit."

EN SAVOIR + >> La nébuleuse Bygmalion à la loupe

Ses proches le contredisent...
Soutien officiel du candidat à la tête de l'UMP, Nathalie Kosciusko-Morizet a admis connaître Bygmalion avant 2012. Plus étonnant encore, l'eurodéputée UMP et proche de Nicolas Sarkozy, Rachida Dati, a égratigné la défense de l'ex hôte de l'Elysée ... malgré elle. Alors que Nicolas Sarkozy assure ne pas avoir entendu parlé de Bygmalion avant 2012, la maire du 7e arrondissement de Paris déclare sur Europe 1 que l'ex-chef de l'Etat "connaissait forcément les protagonistes". Et de contredire son mentor en politique : "Il dit pas qu’il ne connaissait pas du tout Bygmalion, qu’il n’en avait jamais entendu parler..." Et pourtant, c'est bien ce que Nicolas Sarkozy a dit.

EN SAVOIR + >> Sarkozy a-t-il menti sur Bygmalion ?

… ses adversaires à l'UMP aussi 
Enfin, ses concurrents sont également loin de donner du crédit à la défense de Nicolas Sakrozy. "Bien sûr que je connaissais Bygmalion. (…) Cette entreprise était connue de tout le monde", a lâché le candidat à la présidence de l'UMP, Bruno Le Maire le 24 septembre dernier. Un argument semblable à celui de François Fillon, qu'il martèle à longueur d'interview, et partagé par Xavier Bertrand. "Quand la société (Bygmalion) a été constituée, je crois en 2008, chacun sait que c’était des proches de Jean-François Copé qui la constituaient", a confié l'ancien ministre du Travail. Contacté par metronews, l'entourage de Nicolas Sarkozy se contente de dire qu'il y a "une instruction en cours".

EN SAVOIR + >> François Fillon a, lui, "souvent entendu parler de Bygmalion"

Plus d'articles

Sur le même sujet