Allocations : accusé de léser les handicapés, le gouvernement recule à nouveau

Allocations : accusé de léser les handicapés, le gouvernement recule à nouveau

HANDICAP - Le gouvernement a annoncé mardi soir qu'il n'appliquerait pas le nouveau mode de calcul, contesté, de l'allocation adulte handicapé (AAH) tel qu'il était prévu dans le projet de budget, ce qui marque un nouveau renoncement fiscal pour 2016.

Face à l'unanimité des critiques, le gouvernement a décidé de couper court à la polémique. Mardi soir, il a annoncé qu'il n'appliquerait pas le nouveau mode de calcul de l'allocation adulte handicapé (AAH) tel qu'il était prévu dans le projet de budget. L'Association des paralysés de France (APF) contestait ce nouveau calcul qui prévoyait de prendre en compte à partir de 2016 les intérêts non imposables des comptes d'épargne, tels que le livret A, dans le cadre d'un processus d'harmonisation entre minima sociaux.

Le montant de l'AAH (actuellement 807 euros par mois au maximum) aurait alors diminué pour les bénéficiaires qui ont de l'argent de côté et leur aurait fait perdre des droits connexes qui ne sont ouverts qu'à ceux qui touchent l'AAH à taux plein (complément de ressources de 179 euros par mois, ou majoration pour la vie autonome de 105 euros mensuels). Les députés socialistes, les écologistes et l'UDI avaient appelé le gouvernement à revoir sa copie. Le vice-président du FN, Florian Philippot, avait dénoncé dans un communiqué "un véritable coup de massue antisocial".

Nouveau renoncement fiscal

La secrétaire d'Etat aux Personnes handicapées, Ségolène Neuville, a expliqué ce revirement par les "inquiétudes des associations, des familles, des personnes handicapées mais aussi des parlementaires". Par conséquent, il a été "décidé de ne pas appliquer cette mesure en l'état, au regard de son impact sur les ressources des personnes concernées", a-t-elle déclaré à l'occasion de l'examen du volet du budget sur la solidarité et l'insertion.

Cette décision marque surtout un nouveau renoncement fiscal pour 2016. Manuel Valls avait déjà annoncé mardi le report d'un an de l'entrée en vigueur de la réforme controversée des dotations aux collectivités territoriales. Ce week-end, le gouvernement a annoncé l'extension à 2015 et 2016 du maintien de l'exonération des impôts locaux pour les retraités aux revenus modestes.

À LIRE AUSSI >> Impôts locaux des retraités modestes : Valls étend l'exonération à 2016

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques