Ambassadeur gay recalé au Vatican : l'Elysée songe à la journaliste de "Match" Caroline Pigozzi

Ambassadeur gay recalé au Vatican : l'Elysée songe à la journaliste de "Match" Caroline Pigozzi

INFO METRONEWS – Le Vatican refusant obstinément depuis huit mois d'agréer son candidat officiel pour cause d'homosexualité, l'Elysée s'est résolu selon nos informations à proposer une alternative tout en conservant un profil "atypique" pour le poste : ce sera donc une femme, non diplomate de carrière.

Une femme à l'ambassade française au Vatican. C'est la solution qu'a finalement trouvée l'Elysée pour pourvoir le poste après huit mois de bras de fer, le Saint-Siège ayant obstinément refusé de donner son agrément au candidat officiel de Paris pour cause... d'homosexualité. Résolu à ne pas perdre la face en présentant malgré tout une candidature "différente", Paris étudie depuis plusieurs mois une "short list" composée de trois noms féminins. Et selon les informations de metronews, c'est finalement celui d'une journaliste de Paris Match qui retiendrait l'attention de François Hollande... Non, il ne s'agit pas de Valérie Trierweiler mais de Caroline Pigozzi.

Caroline Pigozzi est au Vatican ce que Laurence Haïm est à Washington. Installée depuis le début des années 90 dans sa spécialité, ses passages réguliers sur les chaînes du groupe Canal + (puis sur Europe 1 désormais) ont fait d'elle une figure incontournable de l'actualité papale. Son dernier fait d'armes : vingt ans après avoir décroché une série d'entretiens avec le pape Jean-Paul II, elle a réédité l'exploit en décrochant, mi-octobre, une interview exclusive du pape François pour Paris Match . "Elle est très liée aux milieux du Vatican, où elle est bien considérée", confie une source proche du dossier à metronews. A telle enseigne qu'outre ses accès privilégiés aux papes, Caroline Pigozzi a écrit en 2012 un livre sur les cardinaux, d'ordinaire très secrets. Quant à l'homosexualité, elle entonnait récemment sur France 2 l'air officiel du Vatican : l'Eglise "ne la condamne pas du moment où il y a la chasteté".

Un compromis entre les deux François

En s'accordant sur cette candidature, les deux François pensent avoir trouvé un moyen de sortir par le haut de la petite ère glaciaire qui dure depuis février, quand le poste a été rendu vacant à la suite du départ de Bruno Joubert. Le Pape a montré, en lui accordant son exclusivité récente, qu'il considérait la journaliste française. Et François Hollande pourrait présenter sa nomination comme une petite victoire après le camouflet essuyé sur le cas Laurent Stéfanini. "Ce serait une manière de signifier au Saint-Siège que sa politique vis-à-vis des femmes n'est pas non plus des plus progressistes", nous confie une source qui connaît bien les affaires vaticanes. Le compromis pourrait être soldé d'ici au début de l'année 2016.

Quant à Laurent Stéfanini, il a donc fini par renoncer à son rêve de prendre les rênes de l’ambassade près le Saint-Siège. De guerre lasse, il aurait lui-même dignement suggéré à François Hollande de ne plus insister. Ce catholique pratiquant présentait pourtant un CV rêvé pour le poste. Diplomate expérimenté, il connaît bien le Vatican, puisqu'il y a été numéro 2 de l'ambassade française de 2001 à 2005. Las, la rumeur de l’homosexualité de ce quinquagénaire, pourtant très discret sur sa vie privée, a opportunément volé jusqu'à Rome, tuant dans l'oeuf sa candidature. Malgré quelques signes de considération donnés à la communauté homosexuelle, François n'a apparemment pas digéré l'adoption par la France du mariage pour tous. Et ne tient pas à agréer la candidature d'un homme qui pourrait être considéré comme "juge et partie" dans ce contentieux avec Paris. Mais qui sommes-nous pour le juger ?

EN SAVOIR +
>> Le pape François ne juge pas les homosexuels mais condamne le "lobby gay"
>>
Vatican : le nouvel ambassadeur français recalé par le Pape parce qu'il est gay

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques