Après Nicolas Hulot, Martine Aubry refuse de participer au gouvernement

Après Nicolas Hulot, Martine Aubry refuse de participer au gouvernement

HYPOTHÈSES – Fabius s'en va, Hulot ne veut pas venir, Aubry n'a rien demandé, Macron énerve la gauche. De quoi donner matière à réfléchir à François Hollande, qui garde bien le secret autour du remaniement imminent.

► Pour Martine Aubry, c'est "un gag"
La maire de Lille a réagi assez fortement, mardi, à un article du Parisien qui la voyait déjà remplacer Laurent Fabius aux Affaires étrangères. Selon le quotidien, l'ancienne ministre de Lionel Jospin aurait "fait savoir discrètement" à François Hollande qu'elle était partante pour entrer au gouvernement. "J'ai d'abord cru à un gag", a réagi l'intéressée auprès de La Voix du Nord . Avant de claquer la porte : "Je n’ai jamais rien demandé et ce n’est pas maintenant que je vais commencer ! Quant à une rentrée au gouvernement, j’ai déjà dit, et je le redis, que je ne le souhaite pas".

 Nicolas Hulot n'entrera pas au gouvernement
Alors que l'hypothèse était évoquée la semaine dernière, Nicolas Hulot, ancien envoyé spécial de François Hollande pour la protection de la planète, a répondu dans un tweet qu'il n'entrerait pas au gouvernement à l'occasion du prochain remaniement. Plus exactement, il a répondu poliment "non merci". 

Reste à savoir si d'autres personnalités écologistes, adhérentes ou pas à EELV, pourraient participer au prochain gouvernement.  Au bord de l'explosion , le parti écologiste est divisé entre ceux qui prônent une participation et ceux qui la refusent catégoriquement, mettant en avant leurs divergences avec la politique de Manuel Valls qu'ils jugent trop droitière.

 Jean-Marc Ayrault de retour ?
C'est une hypothèse avancée par RTL. L'ex-Premier ministre pourrait ainsi briguer un grand ministère, comme le quai d'Orsay, actuellement occupé par un Laurent Fabius sur le départ. Après tout, il ne serait pas le premier Premier ministre à revenir aux Affaires étrangères. Avant lui, Laurent Fabius et Alain Juppé l'ont fait. Fin 2015, Jean-Marc Ayrault avait laissé entendre son intérêt pour la fonction de président de l'Assemblée nationale, que Claude Bartolone a finalement conservée après son échec aux régionales.

 Laurent Fabius sur le départ
C'est la seule information fiable. Le ministre des Affaires étrangères prépare depuis de longs mois son départ pour la présidence du Conseil constitutionnel. Un départ qui semblait imminent mardi. Qui pour remplacer Laurent Fabius aux Affaires étrangères ? Jean-Marc Ayrault ? Ou l'actuelle ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, comme cela a pu être évoqué ? Pas sûr, d'autant que les relations entre l'ex-candidate à la présidentielle de 2007 et le chef du gouvernement, Manuel Valls,  ne cessent de se tendre . Autre piste : l'ancienne ministre de Lionel Jospin, Elisabeth Guigou.

Outre Laurent Fabius, l'autre sortie acquise du gouvernement est celle de Sylvia Pinel (Logement), qui va rejoindre sa région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. Quant à Jean-Yves Le Drian,  ministre de la Défense cumulard , le suspense pèse aussi sur son éventuel départ pour la Bretagne, région qu'il a remportée en décembre dernier.

 Malgré ses "petites phrases", Emmanuel Macron reste
Très contesté à gauche pour ses "petites phrases" pas vraiment de gauche, mais apprécié des Français, d'après les sondages, le ministre de l’Economie ne devrait pas claquer la porte du gouvernement. Des rumeurs savamment orchestrées lui mettaient récemment un pied dehors. L'intéressé a cependant affirmé qu'il n'était pas "dans l'indécence qui consisterait à menacer de démissionner", se disant au service de François Hollande. D'après  Le Parisien , il pourrait même être gratifié d'un super-ministère, récupérant les Finances d'un Michel Sapin susceptible de sortir du gouvernement.  Lors de notre rendez-vous Les Indés-LCI-metronews , Julien Dray, proche de Hollande, a ainsi plaidé pour un renforcement des prérogatives du jeune ministre.

À LIRE AUSSI 
>> Emmanuel Macron, ce ministre que ses camarades adorent détester
>> 
Votez : Entrepreneurs et salariés, que pensez-vous des propos d'Emmanuel Macron ?

 Le radical Jean-Michel Baylet pressenti
En vue de la présidentielle, François Hollande pourrait être tenté de proposer aux anciens alliés de gauche de rejoindre un nouveau gouvernement Valls. Comme à plusieurs reprises depuis le début du quinquennat,  le nom de Jean-Michel Baylet, président du PRG , est évoqué pour remplacer le départ Sylvia Pinel, radicale elle aussi.

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques