Argenteuil, le "Molenbeek français" ? Guillaume Larrivé "ne connaît pas le terrain", s'emporte le maire

Argenteuil, le "Molenbeek français" ? Guillaume Larrivé "ne connaît pas le terrain", s'emporte le maire

COUP DE GUEULE - Georges Mothron, maire Les Républicains d'Argenteuil, s'est emporté vendredi matin contre le député LR Guillaume Larrivé, qui décrit Argenteuil comme un "Molenbeek français" après l'opération antiterroriste de la veille. "Un apparatchik", s'énerve l'édile à propos du vice-président de la commission d'enquête parlementaire sur les attentats de novembre.

Quand il s'agit de sa commune, il n'y a plus de famille politique qui tienne. Georges Mothron n'a pas du tout apprécié la sortie du député Guillaume Larrivé, la veille sur i

Vendredi matin, sur Europe 1 , le maire LR de cette commune où coexistent grands ensembles et quartiers pavillonnaires s'en est pris sans détour au député de l'Yonne, qui est aussi porte-parole de sa famille politique. "Ce qui me sépare de lui, c'est que c'est un apparatchik", a attaqué Georges Mothron. Avant d'enfoncer le clou : "Il ne connaît pas le terrain. Il a fait partie de cabinets" (Guillaume Larrivé a été collaborateur de Nicolas Sarkozy, puis de Brice Hortefeux à l'Intérieur, NDLR). "C'est regrettable de parler de choses qu'il ne connaît pas".

"Un endroit où la situation a dérivé"

La veille, Guillaume Larrivé avait expliqué : "Il y a des Molenbeek français", avant de cibler Argenteuil. "C'est à l'évidence un endroit où la situation a dérivé, où la délinquance de droit commun… Des racailles de droit commun ont tissé des liens avec la mouvance djihadiste. Ce n'est évidemment pas le seul".

Le député de l'Yonne est notamment le vice-président de la commission d'enquête parlementaire chargée de tirer les enseignements des attentats de novembre 2015 commis à Paris et à Saint-Denis. Dans une tribune publiée jeudi, il a dénoncé les manquements des autorités françaises face à la menace djihadiste.

A LIRE AUSSI
>> Opération antiterroriste à Argenteuil : "les policiers nous ont demandé de sortir très rapidement"

Malgré ses propos contestant qu'Argenteuil soit une "zone de non-droit", Georges Mothron n'a toutefois pas manqué d'égratigner son prédécesseur socialiste à la tête de la commune, l'actuel député Philippe Doucet. "Cela fait des années que je me bats contre le communautarisme à Argenteuil. Mais nous payons aussi l'héritage de nos prédécesseurs (...) qui n'ont rien fait contre la délinquance des quartiers", a asséné l'élu sur Twitter.

"Cela ne reflète pas la réalité d'Argenteuil"

Un aveu à demi-mot qu'il existe bien un problème "communautariste" dans cette commune ? Les élus locaux redoutent surtout de voir leur commune stigmatisée. "Argenteuil a ses difficultés, comme d'autres villes", assure le premier adjoint, Xavier Péricat, contacté par metronews. "Il faut arrêter ces effets de manche ou d'essayer de faire le buzz. On ne mesure pas les conséquences de ces propos pour les habitants. Cela ne reflète pas du tout la réalité d'Argenteuil". L'élu décrit le quartier où a eu lieu l'opération antiterroriste comme un "quartier pavillonnaire, sans souci particulier". Bref, pour la municipalité, le coup de filet (qui aurait permis de déjouer un attentat) aurait pu avoir lieu "n'importe où"…

Ces garanties n'ont pas empêché Guillaume Larrivé d'en rajouter une couche vendredi matin...

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques