ARMÉE : LA GRANDE BROUILLE ? - Posez toutes vos questions à Bénédicte Le Chatelier et ses invités

ARMÉE : LA GRANDE BROUILLE ? - Posez toutes vos questions à Bénédicte Le Chatelier et ses invités

DÉFENSE - Ce soir, comme tous les soirs, dans "24 heures en questions", vous avez la possibilité de poser toutes vos questions à Bénédicte Le Chatelier et ses invités sur le thème du jour : la crise entre Emmanuel Macron et le chef d'état-major Pierre de Villiers. Ils vous répondent dès 18h10.

« Je suis votre chef » : le 13 juillet au soir, Emmanuel Macron, en rendant le traditionnel hommage aux troupes à l’Hôtel de Brienne, a réaffirmé son rôle de chef des Armées. Un recadrage musclé, qui fait suite à l’éclat de colère du chef d’état-major des Armées, Pierre de Villiers, le 12 juillet dernier. Devant la commission de la Défense à l’Assemblée Nationale, il exprime avec franc-parler sa frustration de se voir imposer des coupes dans le budget des Armées d’un montant de 850 millions d’euros, alors que le Président s’était engagé à porter ce budget à 2% du PIB d’ici 2025. Une phrase, «  Je ne me laisserai pas baiser comme ça ! », fuite et est relayée dans tous les médias. Réunis pour le défilé du 14 juillet, les deux hommes n’ont rien laissé paraître. Et pour cause, le Président s’est montré clair dans son discours au ministère de la Défense, la veille : « Je considère qu’il n’est pas digne d’étaler certains débats sur la place publique ». Et ce dernier en remet une couche le 15 juillet, dans une interview au Journal du Dimanche : « Si quelque chose oppose le chef d’état-major au président de la République, le chef d’état-major change ». Le message est donc  clair, si le Président est disposé à discuter, en privé, de ces économies de budget, il aura le dernier mot dans cette crise qui commence à poindre. On se souvient qu’en juin 2013 les tensions entre une partie de l’état-major de l’armée et le Président Hollande étaient allées jusqu’aux rumeurs de coup d’état militaire. D’où l’intérêt pour le Président de toujours affirmer et consolider son autorité auprès des troupes, comme Emmanuel Macron l’a fait à Gao, au Mali, pour son premier déplacement officiel en dehors de l’Europe. Alors, Pierre de Villiers peut-il rester chef d’état-major malgré de profonds désaccords avec le chef de l’Etat ? La crise révèle-t-elle un vrai malaise au sein des armées ou n’est-ce qu’un bref épisode ? Le général a-t-il raison de défendre corps et âme le budget des armées ou des économies peuvent-elles être réalisées ?


Pour poser vos questions, rendez-vous sur le page Facebook de l'émission, ou sur Twitter, #24henquestions !

Les invités :


Colonel Michel Goya - Ancien colonel des troupes de marine 


Général Dominique Trinquand - Conseiller défense d’Emmanuel Macron


Jean-Sebastien Ferjou - Fondateur et directeur du site d’information Atlantico.fr


Christine Clerc - Editorialiste Politique

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques