"Autorité de l'Etat" : entre Valls et Sarkozy, le duel des chefs continue

"Autorité de l'Etat" : entre Valls et Sarkozy, le duel des chefs continue

EGO - Le Premier ministre Manuel Valls a réagi ce dimanche matin sur Europe 1 aux critiques de Nicolas Sarkozy quant à l'absence d'autorité de l'Etat. Une confrontation par médias interposés que n'en finit plus.

Ce dimanche, Manuel Valls était l'invité du " Grand Rendez-Vous Europe 1-iTélé-Le Monde ". Le Premier ministre, très sensible en ce moment au sujet de l'autorité de son gouvernement, a assuré qu'il fallait que "l’unité nationale s’impose". Il a donc répondu au président du parti Les Républicains en faisant une auto-critique élogieuse : "Nous, dans l’opposition, nous avons toujours exercé notre responsabilité avec mesure. Quand toute l’Assemblée nationale s’est levée pour applaudir mon discours du 13 janvier dernier (après les attentats de Paris, ndlr), oui j’avais le sentiment que l’unité nationale était préservée."

Le Premier ministre a continué en donnant un exemple de ce qu'est selon lui un "vrai républicain". Interrogé sur les émeutes de Moirans , Manuel Valls déclare : "J’ai rencontré le maire, de droite, qui a salué l’action des forces de l’ordre et du ministre de l’Intérieur. Il s’est comporté comme un vrai républicain. J’ai vu les victimes, aussi. Il y aura des interpellations puis des condamnations, soyez en certain. Mais il faut laisser la justice faire son travail. Quand Sarkozy explique qu’il ne comprend pourquoi il n’y en a pas eu, il donne la vraie différence entre lui et moi. Pour moi, l’autorité, c’est l’indépendance de la justice. Lui, c’est le non-respect des règles. Comment un ancien président de la République peut-il mettre en cause le gouvernement sur ce sujet ? De quel droit dit-il ça ?"

Qui est le plus républicain des deux ?

La bataille pour la paternité de l'ordre républicain n'est pas près de s'arrêter de si tôt. Manuel Valls, toujours sur Europe 1, balance : "La conception de Nicolas Sarkozy sur l'autorité c'est aux antipodes des miennes, c'est 'je ne respecte pas les règles de droit, je ne respecte pas l'Etat de droit, je bafoue le principe même de la République'."

Il faut dire que les deux hommes sont des concurrents directs sur leur thème de prédilection : la sécurité. Un jour Nicolas Sarkozy accuse le gouvernement de laxisme. Le lendemain Manuel Valls défend, dans un discours à Grenoble, "l'autorité forte et réfléchie" de son gouvernement. Un jour Sarkozy affirme que l'Etat n'a plus d'autorité. Le lendemain, Valls poste sur Facebook une longue (très longue) réponse , pour démontrer le contraire. Un jour, Sarkozy fait des propositions politiques au Parisien , comme créer un "grand ministère de la sécurité publique".

EN SAVOIR + >>  Sécurité, autorité : le "superministère" de Sarkozy, pour quoi faire ?

Trois heures plus tard, Manuel Valls réplique à l'Assemblée  : "Comment voulez-vous qu'ils reconnaissent l'autorité de l'État quand un ancien président de la République, l'opposition et la droite se livrent à de telles attaques contre les fondements mêmes de la République ?" Le lendemain, Nicolas Sarkozy répond : "M. Valls a le droit de dire ce qu'il veut, mais je n'ai pas l'intention de l'interroger pour savoir ce que je dois dire ou pas."

A LIRE AUSSI
>>
Non, Taubira n'est pas plus laxiste que la droite : la preuve en chiffres
>> "Explosion" de l'insécurité, "laxisme" : Sarkozy persiste et signe

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques