"Brigitte Macron n'a pas à occuper une place autre qu'honorifique", estime l'auteur de la pétition contre le statut de Première dame

DirectLCI
PÉTITION - Le texte lancé il y a deux semaines sur Change.org "contre le statut de première dame pour Brigitte Macron" a atteint et dépassé le cap des 200.000 signatures. Joint par LCI, son auteur, Thierry Paul Valette, appelle de ses vœux à un référendum sur la question. Et souhaiterait être reçu à l'Elysée "en tant que citoyen".

Il souhaitait qu'elle ait "un regard" et "un rôle public". Avant même d'être élu président de la République, Emmanuel Macron proposait de "définir le cadre" du rôle de la Première dame. C'est désormais chose plus concrète avec la volonté du locataire de l'Elysée de fournir un budget officiel ainsi qu'un vrai statut à sa femme Brigitte Macron. Le but : lui confier des missions - qui seront précisées après l'été - au sujet notamment de la scolarisation des enfants hospitalisés. Et "sortir d'une hypocrisie à la française" en rendant plus transparents les moyens qui lui sont alloués - 450.000 euros par an, selon un rapport de la Cour des Comptes en 2014. 


Seulement voilà. Ils sont de plus en plus nombreux à s'opposer à ce tout nouveau statut, alors même qu'en France, aucun texte législatif ne reconnaît la responsabilité de la première dame vis-à-vis du pays. En témoigne cette pétition herbergée sur Change.org, intitulée "Contre le statut de première dame pour Brigitte Macron". Lancée il y a quinze jours, elle recueille à l'heure actuelle plus de 200.000 signatures.

Ce n'est pas le moment de faire du cas par casThierry Paul Valette

A l'origine de cette pétition : Thierry Paul Valette. Artiste peintre et citoyen engagé, il est notamment l'organisateur, au travers du mouvement "L'Egalité nationale", du rassemblement des casseroles de la place de la République, en opposition à celui de François Fillon au Trocadéro, en mars dernier.


La probité en politique, même s'il n'appartient pas à un parti, Thierry Paul Valette dit en connaître un rayon. C'est à ce titre qu'il s'élève aujourd'hui contre ce nouveau statut de première dame. Contacté par LCI, il explique : "Le contexte n'est pas du tout propice à une telle réforme. On est dans le cadre d'une moralisation de la vie politique. On demande aux députés de ne plus embaucher des membres de leur famille, et les citoyens se souviennent encore de l'affaire François et Penelope Fillon. Ce n'est pas du tout le moment de faire du cas par cas et de donner un budget et une légitimité juridique à Brigitte Macron qui, contrairement à son mari, n'a pas été élue." 

En vidéo

Brigitte Macron, la nouvelle Première dame

Un référendum à venir ?

La pétition aurait-elle rencontré un si grand succès si la première dame avait été un homme ? C'est bien évidemment impossible de le savoir. Thierry Paul Valette tient pourtant à préciser : "Je condamne les attaques sexistes envers la première dame et je ne remets pas en cause ses compétences. Néanmoins, elle n'a pas à occuper une place autre qu'honorifique". Fort des soutiens exponentiels engrangés par sa pétition, l'artiste voit désormais plus loin, conscient d'avoir "soulevé des vraies questions". "Je demande un référendum sur le sujet et j'aimerais être reçu à l'Elysée en tant que citoyen".


De son côté, Emmanuel Macron n'a pas encore réagi publiquement à l'ampleur prise par cette demande. Lui qui, devant le Congrès, annonçait vouloir "revoir le droit de pétition" pour "mieux prendre en compte les propositions des Français". "On attend qu'il applique ses propres paroles", fait savoir l'auteur de cette pétition. 

Plus d'articles

Sur le même sujet