Ces députés pro-Fillon ont posé avec le grand mufti de Syrie alors qu'il avait menacé l'Europe d'attentats

Ces députés pro-Fillon ont posé avec le grand mufti de Syrie alors qu'il avait menacé l'Europe d'attentats

EMBARRAS - Alors qu'ils étaient en visite en Syrie en mars 2016, plusieurs élus, dont des soutiens de François Fillon, ont été pris en photo avec le grand mufti du pays, révèle Buzzfeed. Ce dernier avait pourtant proféré des menaces d'attentats-suicide à l'encontre de l'Occident.

Quelques jours après la victoire de François Fillon à la primaire de la droite et du centre, la photo a de quoi devenir gênante. En mars dernier, plusieurs élus français se sont rendus en Syrie, pour y rencontrer notamment Bachar el-Assad. Une équipée qui n'avait pas vraiment été du goût des responsables politiques français. Mais certains d'entre eux, comme Valérie Boyer et Thierry Mariani, proches du candidat conservateur, ne s'étaient pas arrêtés là et en avaient profité pour poser avec Ahmad Badreddin Hassoun, le grand mufti qui avait menacé cinq ans plus tôt l'Europe et les Etats-Unis d'attentats-suicides, comme le relève Buzzfeed

Les enfants du Liban se prépareront à mourir en martyrs en EuropeAhmad Badreddin Hassoun

A l'époque, alors que les pays occidentaux mettaient sur la table la possibilité d'intervenir en Syrie, le religieux s'était fendu d'une mise en garde. "A la seconde où le premier de vos missiles touchera [la Syrie] tous les fils et les filles du Liban et de la Syrie se prépareront à mourir en martyrs sur le sol palestinien ou en Europe", menaçait le religieux, dans un prêche que Buzzfeed a fait traduire. "Je dis à l’Europe et à l’Amérique que nous allons activer des martyrs qui sont déjà parmi vous. Si vous bombardez la Syrie ou le Liban, ce sera œil pour œil, dent pour dent".

Mais ces menaces n'ont visiblement pas freiné les députés français. Interrogé par Buzzfeed, Thierry Mariani a admis avoir évoqué le sujet avec lui. "On a vu la vidéo avant de le rencontrer", raconte-t-il. "On lui a posé la question. Il nous a répondu que ce n’était pas du tout d’actualité. Il a affirmé que ses propos avaient été détournés", continue l'élu sans pour autant être "persuadé que son explication était vraie".

Menace ou avertissement ?

Sur le cliché, d'autres députés LR apparaissent. Par exemple Denis Jacquat. Contacté par LCI, ce dernier nous a affirmé dans un premier temps ne pas se souvenir des déclarations d'Ahmad Badreddin Hassoun. Après un rapide rappel des faits, la mémoire lui revient et il raconte comment tout cela s'est passé, accordant visiblement plus de crédit que son confrère aux propos du mufti . "On l'a vu dans la foulée d'une messe avec les chrétiens d'Orient", se rappelle-t-il. "Il avait alors expliqué qu'il avait prévenu la France que la situation était grave au Moyen-Orient et qu'il risquait d'y avoir des attentats". Pour le député de la Moselle, c'est donc une question d'interprétation et le mufti n'a pas menacé l'Europe. "C'est même tout à fait le contraire", insiste-t-il. De la prévenance, peut-être ?


Sollicités par LCI, les députés Valérie Boyer et Michel Voisin, également présents sur la photo, n'étaient pas en mesure de répondre à nos questions. De son côté, Nicolas Dhuicq, le dernier parlementaire à y figurer, questionné par Le Lab d'Europe 1, plaide l'ignorance, assurant qu'il n'avait pas eu connaissance de ces propos et qu'il fallait les prendre dans leur "contexte de guerre". Ils sont "tenus par des gens confrontés à des horreurs tous les jours et qui voient arriver des impies qui entendent imposer leurs canons", explique l'élu LR. Au courant de la vidéo ou pas, nos députés assument. Pas de gêne qui tienne, donc.

Bana, une petite fille syrienne, twitte son quotidien à Alep, sa vie sous les bombes

Plus d'articles

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques