Christian Estrosi annonce la création d'un mouvement politique entre "Républicains radicalisés" et  "une droite macroniste"

Christian Estrosi annonce la création d'un mouvement politique entre "Républicains radicalisés" et "une droite macroniste"

ET ENCORE UN ! - Dans une interview accordée au Figaro, le maire LR de Nice a annoncé la création d'un nouveau mouvement politique situé entre "les Républicains profondément radicalisés" et "une droite macroniste". Un courant qui veut encore se démarquer de la ligne très droitière de Laurent Wauquiez.

Les Républicains auront-ils bientôt autant de lignes que d'élus ? Sans aller jusque-là, l'inflation du nombre de mouvements parallèles au parti d'opposition de droite va se poursuivre. Ainsi, après que Valérie Pécresse a lancé ce dimanche le mouvement "Libres !", c'est au tour de Christian Estrosi de créer un "mouvement d'élus locaux  qui veulent se placer au-dessus de la mêlée".  Un nouveau courant politique qui veut mettre fin à ce "vide énorme" entre les Républicains, "profondément radicalisés" et "une droite macroniste". 


"Il y a un comité de membres fondateurs d'une cinquantaine d'élus qui illustre la France dans sa diversité. Certains maires restent attachés aux Républicains, d'autres à La République en marche, d'autres encore sont liés aux Constructifs", a précisé le maire de Nice dans une interview publiée mardi soir sur le site du Figaro


Avec ce mouvement qui sera lancé après les sénatoriales du 24 septembre, Christian Estrosi souhaite s'éloigner ou en tout  cas se démarquer au sein des Républicains de la ligne très droitière de Laurent Wauquiez, favori pour prendre la présidence du parti parmi les six candidats déjà déclarés au scrutin de décembre. Même si le maire de Nice a d'ores et déjà annoncé qu'il ne voterait pas. 

En vidéo

"La France a besoin d'une droite forte et crédible face à Emmanuel Macron", lance Laurent Wauquiez

Je suis toujours membre des Républicains. Mais je n'y trouve plus ce qui a constitué le fondement de mon engagement politique, le gaullisme.Christian Estrosi

 "Ceux qui dirigent aujourd'hui Les Républicains sont ceux qui ont organisé la défaite. Contre vents et marées, ils ont soutenu le projet et la campagne de notre candidat à la présidentielle et ouvert la porte à Sens commun. Je note d'ailleurs que ce sont eux qui organisent aujourd'hui l'élection à la présidence des Républicains".


Même si la ruputure semble être consommée, l'ancien président de la région PACA le dit, il est "toujours membre des Républicains" mais regrette de plus y trouver "le fondement de son engagement politique, le gaullisme" : "Si, à l'arrivée, il s'agit de continuer à concurrencer le Front national, à faire de la surenchère et à multiplier les coups de menton, il est évident que ce n'est plus au sein des Républicains que la droite française serait représentée", a expliqué celui qui n'a pourtant guère échappé aux critiques en matière de surenchère.


Il ne reste plus à Christian Estrosi qu'à  trouver un nom pour ce nouveau mouvement politique. Peut-être "Les constructifs libres" ? 

Plus d'articles

Sur le même sujet