Christophe Castaner : "Il y aura des baisses de dépenses publiques dans tous les ministères"

ECONOMIES - Invité de LCI jeudi matin, le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner a précisé les contours des économies annoncées la veille par Edouard Philippe. Pour récupérer 5 milliards d'euros, le gouvernement va demander des économies à l'ensemble des ministères, sans distinction.

Un "audit" des finances publiques par la Cour des comptes, un Premier ministre qui annonce la couleur, puis le porte-parole du gouvernement qui confirme le tout : pour démarrer le quinquennat, le nouvel exécutif va mettre la France au régime sec. 


Invité de LCI jeudi matin, Christophe Castaner s'est défendu d'apporter "une mauvaise nouvelle" aux Français, au lendemain du discours de politique générale d'Edouard Philippe. Il s'est également défendu de tout "manque de transparence", pour répondre à ceux qui estiment que l'annonce d'un coup de rabot sur le budget de l'Etat était dans les tuyaux bien avant les législatives. "Nous avons pris une décision simple. Nous nous sommes engagés à ne pas augmenter les impôts pour compenser ce déficit. Nous allons donc réduire les dépenses publiques." 

5 milliards à trouver en urgence

De fait, le chef du gouvernement a annoncé la veille un report des baisses d'impôts promises par Emmanuel Macron durant sa campagne, tout en confirmant la hausse de la CSG qui touchera notamment les retraités.  "Nous arrêterons avant la fin de cette année tout le dispositif de baisses d'impôts pour que l'essentiel entre en vigueur dès 2018 et dès 2019", assure-t-il.


Mais pour l'heure, il faut trouver en urgence "5 milliards d'euros d'économies, sinon notre dépense publique ira dans le mur". Christophe Castaner a beau assurer qu'il n'y a pas de "mauvaises nouvelles", cela en prend bien l'apparence. Voici ce qu'il explique sur LCI : 

Il y aura des baisses de dépenses publiques dans tous les ministèresChristophe Castaner

Et il précise même qu'aucun budget de sera sanctuarisé, car "c'est une méthode de gouvernement de considérer qu'il n'y a pas tel ou tel ministre qui serait exonéré". La promesse d'Emmanuel Macron de renforcer les effectifs de police et de gendarmerie ? "Il y a des priorités dans la mandature", confirme Christophe Castaner. Comprendre : ces engagements seront honorés, mais plus tard. Le gouvernement dira, "dans les 15 jours", où seront faites les économies, sur la base d'une "revue de projet" élaborée par chaque ministre. 


Tout en affirmant que le gouvernement n'augmenterait pas les impôts, Christophe Castaner confirme la hausse à venir de la taxe carbone (dans des proportions qui ne sont "pas arrêtées"), et indique que l'exécutif "réfléchit à des pistes" pour remplacer feu l'écotaxe, dont par exemple la mise en place de "péages" aux frontières, sur un modèle inspiré d'autres pays. Bref, de nombreuses décisions budgétaires pas nécessairement populaires attendent le gouvernement durant l'été. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Plus d'articles

Sur le même sujet