Colombes : la curieuse campagne de pub de la maire contre Manuel Valls

Colombes : la curieuse campagne de pub de la maire contre Manuel Valls

RÉGLEMENT DE COMPTES - La maire de Colombes, Nicole Goueta (Les Républicains) vient de lancer une campagne publicitaire municipale dirigée contre le Premier ministre, Manuel Valls. Egalement visé, le député PS Alexis Bachelay estime la démarche illégale et va porter plainte.

La maire de Colombes, Nicole Goueta, part en croisade contre Manuel Valls. Et pour cela, l'élue Les Républicains des Hauts-de-Seine n'hésite pas à utiliser les panneaux publicitaires JC Decaux de la ville, utilisés en principe pour donner des renseignements utiles aux administrés.

L'alerte a été sonnée jeudi matin par le député PS des Hauts-de-Seine Alexis Bachelay, directement visé par l'affichage.

Sollicité dans la foulée par metronews, Alexis Bachelay assure que l'utilisation de ces panneaux à des fins purement politiques n'est "pas autorisée" et nous annonce qu'il compte porter plainte. "Je fais réaliser des constats d'huissier", précise le député socialiste. "Le budget publicité de la ville est réservé aux activités municipales. Le financement d'une telle campagne devrait être assuré par le parti Les Républicains, et non par les contribuables."

La campagne de pub de la maire de droite vise le "plan Valls 2014-2017", c'est-à-dire les 50 milliards d'économies demandées par le gouvernement aux collectivités locales, contesté par de nombreux élus locaux.

"C'est de l'information aux citoyens"

Selon les informations recueillies, une quinzaine d'affiches ont déjà été installées dans les rues de Colombes. Sollicitée par metronews, la mairie conteste l'aspect illégal de cette curieuse démarche. "Nous considérons que c'est de l'information aux citoyens, comme nos affichages sur les encombrants, les déchets ou bien les vœux du Nouvel An", explique le chef de cabinet de Nicolas Goueta. Avant de reconnaître que c'est "bien sûr, un peu polémique… mais c'est de bonne guerre".

Les habitants de Colombes ont-ils financé le règlement de compte politique de leur maire ? "Nous n'avons passé aucune commande supplémentaire à JC Decaux", assure le chef de cabinet. "Cela n'a rien coûté, nous utilisons simplement les campagnes offertes par l'afficheur dans le cadre des accords passés avec la Ville".

"Utilisation de fonds publics"

Certes, mais la municipalité et JC Decaux sont bel et bien liés par un contrat, campagne gratuite ou pas. "On est dans l'utilisation de fonds publics à des fins politiques", insiste Alexis Bachelay, qui va adresser une lettre à Nicolas Sarkozy pour demander le remboursement.

La ville de Colombes affirme s'être inspirée d'une campagne similaire menée à Argenteuil par la municipalité de droite. Un coup de pub de Georges Mothron (LR) lancé en pleine campagne des régionales… Le camp socialiste, qui criait déjà à l'irrégularité, avait alors déposé plainte

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques