Come-back de Copé : comment il a mis en scène sa folle semaine médiatique

Come-back de Copé : comment il a mis en scène sa folle semaine médiatique

LE SURSAUT DE JEAN-FRANÇOIS – Après 18 mois de diète médiatique, mis en cause dans l'affaire Bygmalion, l'ex-patron de l'UMP a effectué un retour fracassant cette semaine avec la parution de son livre, "Le Sursaut français". S'il n'est pas officiellement candidat à la primaire de la droite pour 2017, Jean-François Copé en a manifestement fini avec la retraite spirituelle.

Dix-huit mois plus tard, le revoilà donc. Jean-François Copé, mis en cause dans l'affaire Bygmalion, a opéré cette semaine un retour médiatique particulièrement théâtral à l'occasion de la parution de son livre, Le Sursaut français. L'ancien patron de l'UMP était de tous les divans, plateaux télé et tournées sur le terrain, manifestement bien décidé à rattraper le temps passé en exil. Metronews vous en fait un (court) résumé.

 14 janvier : "Copé sort de son silence"
Un bruissement dans le silence médiatique qu'il s'était imposé depuis sa " retraite spirituelle " décrétée en juin 2014… Sorti des limbes (ou presque, puisqu'il s'exprimait tout de même sur les réseaux sociaux ), Jean-François Copé laisse paraître les "bonnes feuilles" de son livre Le Sursaut français, dans Valeurs Actuelles . Premières confidences… "J'ai changé." Ça ne vous rappelle rien ? Si, bien sûr : la formule maintes fois répétée par… Son ennemi juré, Nicolas Sarkozy.

À LIRE AUSSI
>> Livre confession de Nicolas Sarkozy : un inventaire "bien tardif"

► 18 janvier : "Pourquoi revenir ?"
Copé, homme du terroir. Sur Facebook , le député-maire de Meaux explique aux Français son "long voyage" à travers la France durant ses mois de traversée du désert, et comment il a "changé". "Ces dix-huit mois ont été une quête", écrit-il. "Une quête personnelle, bien sûr, mais aussi et surtout une quête à la recherche du destin français." Du de Gaulle dans le texte, en somme. A ceci près qu'il finit son texte par un câlin : "A très vite, je vous embrasse".

► 19 janvier : allongé sur le divan de Fogiel
"Il se livre comme jamais". Le teaser de Marc-Olivier Fogiel, lancé plusieurs jours avant l'émission de France 3 , nous fait saliver. Que va-t-il donc raconter pendant 1h20 sur le divan rouge de l'animateur ? Va-t-il régler ses comptes avec Nicolas Sarkozy ? Faire des révélations sur l'affaire Bygmalion ? Annoncer sa candidature à la présidentielle ? Non, pas de petite politique. Il vous l'a dit, il a "changé". C'est donc un Copé plein de contrition qui se présente humblement aux quelque 928.000 téléspectateurs de la soirée. "J'ai fait un long, long voyage, à la suite d'une épreuve très violente que je ne souhaite à personne", dit-il. Ou encore : "J'en ai fini avec cette addiction aux médias. Il n'y avait plus le temps pour la réflexion." Et aussi : "Je suis devenu la caricature de moi-même".


► 20 janvier : son livre sort en librairie
C'est l'heure de la parution du Sursaut français. Pour fêter ça, l'ancien président de l'UMP met le cap sur le Nord après un passage matinal chez Olivier Mazerolle, sur RTL. A la rencontre de Xavier Bertrand, fraîchement élu et auréolé de sa victoire face à Marine Le Pen. Au " Petit Journal " de Canal +, Copé l'assure : non, non, il n'est toujours pas en campagne. Il y fera un meeting à Lille devant… 53 personnes. Pas si facile de revenir.

► 21 janvier : un petit direct sur BFMTV
Fini le confessionnal. C'est l'heure du grand retour à l'image. Même s'il en a fini avec son "addiction aux médias", Jean-François Copé s'offre un petit passage en direct sur BFMTV , depuis sa chère ville de Meaux, à 19 heures, heure de grande écoute. Le ton n'est plus celui de la confidence. "2017, c'est vraiment l'année de la dernière chance", avertit celui qui n'est toujours pas candidat. "Je veux participer au débat à travers tout ce que je propose", dit-il à la journaliste Ruth Elkrief.


Sur Twitter, le député est tout sauf discret. L'un de ces derniers tweet en dit long sur ses intentions : vous êtes loin d'en avoir fini avec Jean-François Copé. Avis aux "amis" de la droite… 

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques