Fédération FN du Gard : une bien curieuse lettre de menace

Fédération FN du Gard : une bien curieuse lettre de menace

Avec
FACTCHECKING - Une lettre de menaces, prétendument adressée aux militants Front national du Gard, a largement circulé ce vendredi 3 mars sur les réseaux sociaux. Est-elle authentique ? En tout cas, les responsables de la section locale n'en ont jamais entendu parler...

"La haine, la vraie". C'est en ces termes qu'Antoine Baudino, collaborateur de Marion Maréchal-Le Pen, a accompagné sur Twitter la photo d'une lettre de menace, dont il assure qu'elle a été reçue par des militants frontistes du Gard. Ecrits en noir sur blanc, en lettres capitales, on peut lire ces propos d'une extrême gravité, fautes d'orthographe comprises: "Vive les Algérien, tu dégage, le quartier est a nous, on va tous vous egorgé, sale race de blanc, vive tous les arabe, vous allez tous dégagé du quartier."


Ces menaces de mort ont-elles réellement été envoyées aux militants du Gard ? En fait, le doute est permis, comme nous l'avons déterminé au sein du projet CrossCheck, un consortium de journalistes luttant contre les fausses informations en ligne. Premier indice d'une éventuelle supercherie : alors que le tweet était en ligne depuis le mercredi 1er mars, cumulant plus de 500 retweets, il a mystérieusement disparu ce vendredi... lorsque nous avons tenté de contacter son auteur, pour en savoir davantage.  En voici cependant quelques captures d'écran : 

"Salu cé lai militans FN"

Les militants frontistes du Gard sauraient-ils nous en dire plus ? Si la lettre leur a effectivement été adressée, il est possible qu'ils en aient été informés. Or, notre coup de fil à la permanence locale du parti se révèle infructueux. "A ma connaissance, on n'a rien reçu de tel" nous affirme un responsable, surpris de la teneur du message, mais familier avec le nom d'Antoine Baudino . Deuxième essai, auprès de Yoann Gillet cette fois-ci. Le secrétaire départemental du Front national dans le Gard et directeur de cabinet à la mairie de Beaucaire, lui non plus, n'a pas entendu parler d'une telle lettre. "Mais si des gens affirment l'avoir reçue, je ne vois aucune raison de ne pas les croire" tempère-t-il. 


Retour à la case départ, donc. Sollicité à maintes reprises, l'auteur du tweet n'a pas encore répondu à nos questions. En attendant, au sein du projet CrossCheck, nous avons décidé de classer cette information dans la catégorie des faits "douteux". De nombreux internautes ont, eux, clairement affiché  leurs doutes quant à l'authenticité de la photo. Et ont répliqué en rédigeant eux aussi de fausses lettres, attribuées, cette fois, aux militants FN. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La chasse aux intox

Plus d'articles

Sur le même sujet