Dans la déclaration d'intérêts du ministre Jacques Mézard, 0 euro de revenus... et un malencontreux oubli

CONFUSION - Selon sa déclaration d'intérêts, le ministre de la Cohésion des Territoires Jacques Mézard gagnait... 0 euro avant d'être nommé au gouvernement. Contacté par LCI, l'intéressé invoque plutôt un malentendu.

Les déclarations d'intérêts des ministres, censées informer le public sur leurs activités et rémunérations actuelles et passées pour éviter des conflits d'intérêt, réservent parfois d'étonnantes surprises. Dans la sienne, Jacques Mézard, l'actuel ministre de la Cohésion des Territoires, déclare qu'il gagnait... zéro euro au moment de sa nomination au gouvernement et dans les années qui précèdent. C'est le seul ministre dans ce cas.


Or, Jacques Mézard était sénateur du Cantal avant d'arriver au gouvernement. Il gagnait donc, comme tout sénateur, environ 5.500 euros nets par mois. Il a ensuite été nommé ministre de l'Agriculture le 17 mai dernier, puis ministre de la Cohésion des territoires le 21 juin. 

Un simple problème de date

Contacté par LCI, Jacques Mézard admet bien sûr avoir perçu son indemnité de sénateur, mais explique qu'il y a eu confusion sur ce qu'il fallait inscrire sur sa déclaration d'intérêt, consultable sur le site de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP).


"J'ai rempli cette déclaration au mois de juillet, cela faisait alors plus d'un mois que je n'avais plus rien perçu de la part du Sénat", explique le ministre. Effectivement, sa déclaration a bien été déposée le 9 juillet, alors que son mandat de sénateur a pris fin le 17 juin. Et, au moment où il dépose sa déclaration, Jacques Mézard n'était déjà plus ministre de l'Agriculture mais de la Cohésion des territoires.


Le problème, c'est que sur sa déclaration d'intérêts, la date de nomination inscrite est le 17 mai, ce qui correspond à sa nomination au ministère de l'Agriculture, alors que M. Mézard était encore sénateur...  Il y a donc eu incompréhension entre la Haute autorité et Jacques Mézard, sur la bonne date à prendre en compte.

"En résumé, je ne perçois rien du Sénat depuis ma première nomination comme ministre en mai, et rien comme élu local. J'ai ma retraite d'avocat et mon traitement de ministre", tient à clarifier Jacques Mézard. "Je n'ai rien à cacher !"  

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques