Déchéance de nationalité : Duflot maintient ses propos polémiques sur Vichy et accuse Valls de mensonge

Déchéance de nationalité : Duflot maintient ses propos polémiques sur Vichy et accuse Valls de mensonge

RIFIFI POLITIQUE - Marisol Touraine et François de Rugy ont condamné (une nouvelle fois) ce dimanche 7 février l’évocation du régime de Vichy par Cécile Duflot pour dénoncer la déchéance de nationalité. La co-présidente d’EELV a riposté en accusant Manuel Valls d’avoir “falsifié” ses propos.

La polémique ne désenfle pas autour du discours de Cécile Duflot à la tribune parlementaire. Lors du début des débats sur la révision constitutionnelle vendredi, l’écologiste avait rappelé le recours à la déchéance de nationalité par le Maréchal Pétain. "Le dernier régime à l'avoir massivement utilisée est le régime de Vichy", avait-elle lancé, entraînant des huées dans l’hémicycle.

"Vichy, ce n'est pas la République. Je vous demande de ne pas associer la volonté de quiconque ici avec la période de Vichy", avait alors répliqué Manuel Valls.

A LIRE AUSSI >> Déchéance de nationalité : Cécile Duflot remet (encore) le régime de Vichy sur le tapis

Ce dimanche 7 février Marisol Touraine et François de Rugy ont réagi à ces propos. Invitée du “Grand rendez-vous Europe 1 - iTélé - Le Monde” , la ministre de la Santé les a jugés “incompréhensibles” et “même inacceptables". "Je veux croire que ses mots ont dépassé sa pensée", a-t-elle déclaré.

Pourtant, Cécile Duflot persiste et signe. “Non seulement mes mots sont le reflet exact de ma pensée, qui est une analyse historique de la déchéance, mais je les maintiens tous”, a-t-elle affirmé lors de l’émission “Grand Jury RTL - LCI - Le Figaro” . L’écologiste a même réagi sur Twitter.

De son côté, François de Rugy, invité de Radio J , a demandé à Cécile Duflot de s’excuser. “C’est un parallèle scandaleux (...) Une entreprise qui consiste à tuer le débat en disqualifiant ceux qui ne sont pas d'accord (...) C'est insultant pour la mémoire des victimes du maréchal Pétain", a fustigé le député qui a quitté Europe Ecologie - Les Verts l’année dernière.

Cécile Duflot n’a pas donné grand intérêt à l’appel de François de Rugy. L’écologiste a déclaré n’y voir là qu’une posture politicienne pour faire parler de lui à quelques jours du remaniement gouvernemental. “Il demande à ce que vous citiez son nom à la radio parce qu’il y aura un remaniement dans trois jours. Bien ouèj (sic)”, a-t-elle lancé.

Une fausse polémique créée par Manuel Valls ?

L’ancienne ministre du Logement a cependant vilipendé Manuel Valls, qu’elle accuse d’avoir détourné ses propos volontairement. “Le Premier ministre de la France, dans l’hémicycle, a falsifié mes propos et a monté et organisé une polémique artificielle. Je n’ai pas invoqué Vichy, j’ai rappelé l’histoire de la déchéance de nationalité et pourquoi nous avons rompu par le biais de l’indignité nationale avec cette capacité de déchoir parce qu’elle avait été massivement utilisée”, a-t-elle insisté.

Cécile Duflot n’hésite pas à parler de “cabale”. Pourquoi Manuel Valls aurait-il créé une “fausse polémique” ? Pour ne pas avoir à débattre de la réforme, selon Cécile Duflot. Et d’ajouter : “Le gouvernement essaye de vous acheter (...) Si vous résistez, on vous menace (...) Et si vous résistez à la menace, on vous salit.”

La co-présidente de EELV a rappelé qu’elle juge cette réforme constitutionnelle dangereuse car elle ôte des libertés. “Il faut être honnête elle n'apporte aucune protection, c'est un symbole inverse"selon elle, qui “va dans le sens de la martyrologie (sic)” des terroristes.

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques