Dieudonné : Taubira pointe ''les pitreries obscènes d'un antisémite multi-récidiviste''

Dieudonné : Taubira pointe ''les pitreries obscènes d'un antisémite multi-récidiviste''

DirectLCI
Quelques jours après Manuel Valls, c'est au tour de Christiane Taubira de s'exprimer au sujet de l'humoriste. Dans une tribune publiée sur le site du Huffington Post, elle condamne les propos à répétition sur les Juifs et la Shoah, ''un indicible drame dont on ne guerrira pas'', selon ses propres mots.

Dans la foulée de Manuel Valls et de Valérie Fourneyron , Christiane Taubira réagit sur l'affaire Dieudonné. Sous la forme d'une tribune publiée sur le site du Huffington Post, la ministre de la Justice s'est prononcé de manière très directe sur le sujet, qualifiant l'humoriste de 'pitoyable bouffon' dont les spectacles et les interventions ressemblent aux 'pitreries obscènes d'un antisémite multirécidiviste'.

Pour titrer son intervention, cette dernière a choisi ''Ebranler les hommes'' d'Albet Hirschmann. Et ce n'est pas un hasard, puisque l'économiste mort l'an passé avait fui l'Allemagne en plein milieu des années 1930. Sans jamais citer le nom Dieudonné, elle qualifie ce dernier de ''complice, après coup, de crime contre l'humanité''.

La Garde des Sceaux veut que Dieudonné paie ses amendes

Et si rien n'a encore été fait, malgré des condamnations, pour arrêter ces propos qui gênent une partie de l'opinion, la Garde des Sceaux y voit là ''une nouvelle épreuve pour la démocratie''. Si ''la liberté doit demeurer le principe, ce principe ne peut servir de paravent à des ignominies''.

Et pour mener a bien son action, cette dernière affiche clairement ses idées et s'aligne sur la position de Manuel Valls. Elle souhaite ainsi que les peines, auxquelles l'humoriste a déjà été condamné, soient exécutées et notamment concernant le paiement des amendes, dont le montant total se monte à 65 000 euros. ''L'organisation frauduleuse d'insolvabilité est punie par la loi, aux termes de l'article 314-7 du code pénal'', rappelle la ministre. Et de conclure: ''Si elle est avérée, elle doit faire l'objet des diligences nécessaires".

Plus d'articles

Sur le même sujet