Emploi : le Medef a-t-il raison sur l'impact économique des jours fériés ?

Emploi : le Medef a-t-il raison sur l'impact économique des jours fériés ?

FACT CHECKING – Le Medef propose de créer 1% de croissance et 100.000 emplois en supprimant deux jours fériés sur onze. Un calcul mis à mal par la réalité des chiffres.

Supprimer deux jours fériés permettrait de créer 1% de croissance et 100.000 emplois. C'est ce qu'affirme le Medef dans un document choc destiné à "agiter le débat", dévoilé lundi par Les Echos . Mais si le coût des 11 jours fériés français revient régulièrement sur le tapis au moment des ponts de mai, les calculs de l'organisation patronale semblent audacieux. Voire très approximatifs.

On peut en effet obtenir les résultats du Medef avec un raisonnement mathématique basique. Il y a environ 220 jours travaillés par an. Supprimer un jour férié fait donc en théorie augmenter la production du pays de 1/220, soit 0,45% de production supplémentaire. Pour deux jours, cela fait 0,9, que l'on peut arrondir à 1. Ce point de PIB représentant 20 milliards de croissance en plus, les gains seraient considérables.

Mais "l'économie, c'est un peu plus compliqué que cela", souligne auprès de metronews Eric Heyer, le directeur adjoint au Département analyse et prévision de l'OFCE. "Si les jours fériés avaient un tel impact, cela voudrait dire que les entreprises ne les anticipent pas. Or, elles savent très bien les prendre en compte pour ajuster leurs carnets de commande." Sans compter, poursuit l'économiste, que "lorsqu'il y a un jour férié, l'industrie du tourisme ou celle des loisirs en profitent". Le malheur des uns fait le bonheur des autres.

L'Insee minimise


Les jours fériés ont néanmoins des effets certains sur l'économie. La "journée de solidarité" du lundi de Pentecôte , qui correspond à une journée supplémentaire de travail pour les salariés, doit ainsi rapporter 2,46 milliards d'euros cette année. Loin, toutefois, des 10 milliards qu'elle engendrerait si l'on suivait le raisonnement du Medef. Les études de l'Institut national de la statistique et des études économiques relativisent elles aussi l'impact des jours fériés. Dans une note publiée au mois de juin , l'Insee calculait que l'effet du calendrier sur la croissance du PIB serait de + 0,06 points entre 2014 et 2015, année où il y aura un jour ouvré supplémentaire. On reste donc loin, là aussi, des calculs du Medef.

L'organisation patronale, qui a précisé lundi sur Twitter que les informations publiées par Les Echos étaient des "éléments de travail" qui "ne correspondent pas exactement" aux propositions qu'elle fera, devait présenter son document lors d'une conférence de presse mercredi. Elle l'a finalement repoussée dans la matinée au 24 septembre, afin de ne pas "s'insérer dans la séquence politique" riche de cette semaine. De quoi lui permettre d'ajuster ses calculs.

Plus d'articles

En ce moment

Rubriques