Espace Schengen : pour la Cop 21, Cazeneuve referme les frontières nationales

Espace Schengen : pour la Cop 21, Cazeneuve referme les frontières nationales

DirectLCI
SÉCURITÉ - Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a annoncé vendredi matin le rétablissement des contrôles aux frontières pour un mois à l'occasion de la conférence sur le climat (Cop 21). Une mesure de sécurité exceptionnelle alors que les chefs d'Etat du monde entier afflueront à Paris.

La France contrôlera à nouveau ses frontières. La mesure, annoncée vendredi matin par le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, n'est pas définitive mais va durer un mois. Le temps d'accueillir les chefs d'Etats étrangers à l'occasion de la conférence de l'ONU sur le climat (Cop 21), du 30 novembre au 11 décembre.

"Pas une suspension de Schengen"

Sur RMC et BFMTV , Bernard Cazeneuve a expliqué que "pendant un mois, nous allons établir des contrôles aux frontières". Tout en assurant que "ce n'est pas du tout une suspension de Schengen qui prévoit dans un de ses articles la possibilité pour des Etats de le faire dans des circonstances particulières qui correspondent à la COP21". Le ministre de l’Intérieur justifie cette mesure exceptionnelle par "un contexte de menace terroriste ou de risque de trouble à l'ordre public".

EN SAVOIR +
>> Rétablissement des contrôles aux frontières : les précédents en France

>> Sortir de l'espace Schengen ? 5 choses à retenir, 30 ans après
>> Fermeture des frontières : quelles menaces ?

Le ministre a réfuté tout lien avec la crise migratoire que traverse l'Europe ces derniers mois : "Ce n'est parce que nous allons suspendre pendant quelques semaines la libre circulation en mettant en place des contrôles aux frontières qui sont prévus par le code frontières Schengen que nous nous engageons dans un chemin qui consisterait, face à une crise migratoire majeure, à remettre en cause les principes de Schengen".

Critiques à droite de la droite

L'annonce du ministre de l'Intérieur a suscité des critiques au sein de l'opposition. "Face au terrorisme, face au déferlement de migrants, Bernard Cazeneuve a refusé, malgré mon appel, avec d’autres, à prendre immédiatement les mesures draconiennes qui s’imposent", a tancé le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan. "Désormais, pour un sommet de chefs d'Etat, c’est possible !"

"Schengen favorise les troubles à l'ordre public et le terrorisme. Merci pour cet aveu", a également réagi sur Twitter le secrétaire général du FN, Nicolas Bay. Le rétablissement des contrôles à la frontière n'est pas une nouveauté : outre quelques cas exceptionnels, la France procède à des contrôles spécifiques lors des grands sommets internationaux qu'elle accueille. 

Plus d'articles