Huit choses que vous ne saviez (peut-être) pas sur la jeunesse d'Alain Juppé

Huit choses que vous ne saviez (peut-être) pas sur la jeunesse d'Alain Juppé

À LIRE - "Alain Juppé sans masque" est une biographie "non autorisée" du probable candidat à la présidentielle, par l'historien Dominique Lormier. Qui était le jeune Alain Juppé ? Un surfeur mystique, nous raconte ce livre à paraître jeudi.

"Trop vieux", aime répéter Nicolas Sarkozy à qui veut encore l'entendre. "Arrière-grand-père", "cheval de retour", balance aimablement Jean-Christophe Cambadélis, patron du PS. Renvoyé sans cesse à son âge (70 ans), Alain Juppé reste pourtant le favori dans l'opinion pour 2017. Et il a été, lui aussi, un petit garçon. Mais alors, un drôle de petit garçon.

C'est ce que nous raconte Alain Juppé sans masque *, la biographie "non autorisée" (mais très élogieuse) de l'historien Dominique Lormier à paraître ce jeudi. Intello, surfeur, dragueur, mystique, voici le vrai Alain Juppé jeune.

À LIRE AUSSI
>> VIDÉO - Alain Juppé se lâche dans une partie de beer-pong

>> Sécurité, social, économie : Juppé est-il vraiment moins à droite que Sarkozy ?

 Il était premier de la classe
Ça, on le savait. L'image lui a même longtemps collé à la peau. Bien avant son complice Jacques Chirac, son institutrice, Madame Dulong, avait repéré chez "son petit Alain" "un être surdoué, aux qualités exceptionnelles, capable de lire et de comprendre plus rapidement que les autres". Une terreur, même, pour ses profs, qu'il "obligeait à se surpasser", car "il fallait être prêt à répondre aux questions les plus pointues". "C'était un vrai surdoué", explique Dominique Lormier à metronews. "C'est-à-dire qu'il était en avance de cinq ans sur son âge, avec les attributs du surdoué : hypersensibilité, don de clairvoyance et un côté artiste."

► Se prenant pour Napoléon, il terrorisait les copines de sa sœur
On l'imagine bien volontiers, Alain Juppé était aussi "sage comme une image", "un petit garçon sérieux, passant son temps à lire, même à la plage", confient des camarades de jeunesse dans l'ouvrage. Il était également plein d'humilité. Oui, mais. Ce que l'on sait moins, c'est que le petit Alain pouvait aussi devenir une teigne. Et prendre part "à des jeux violents". Dixit Juppé lui-même : "J'étais impérieux et autoritaire. Je me prenais pour Napoléon que j'admirais". Il avoue ainsi avoir "terrorisé" les amies de sa sœur : "Une fois, l'une d'entre elles, Mona, m'a accusé d'avoir voulu l'étouffer." Mais ça, c'était enfant.

► Un éphèbe qui surfait à Biarritz
On connaît Alain Juppé dégarni depuis l'orée des années 1980. On visualise moins le Juppé ado. Le voici donc : "Il émanait de lui une sagesse bienveillante, dans un corps d'éphèbe, avec un visage très fin, presque féminin", explique un ancien camarade. "Beau, presque efféminé, il semblait intouchable", confirme plus loin sa future compagne, Christine Leblond. En vieillissant, Alain Juppé s'est épaissi. "C'est un sportif, avec de larges épaules", nous explique Dominique Lormier. Parmi ses hobbies, Alain Juppé a joué les surfeurs bronzés à Biarritz. Au programme : natation et, apprend-on, "bodysurf". Rappelons que le bodysurf, c'est ça :


 Il ne blaguait pas avec les livres écornés
Plongé perpétuellement dans la littérature, Alain Juppé a fait du livre un objet de culte, nous confie l'auteur. Enfant, cela a pris des proportions surprenantes. Sa sœur cadette, Martine Juppé, raconte ainsi le protocole à respecter pour emprunter un ouvrage. "Il fallait avoir accès à sa chambre, ce qui entraînait un cérémonial particulier. Je frappais et je devais attendre qu'il m'ouvre la porte. Une fois dans le saint des saints, il remplissait une fiche indiquant l'état du livre." Une vraie bibliothèque ambulante. Malgré tout, Alain était "tendre et affectueux", assure sa cadette.

 Émotif, il pleurait devant Sissi l'impératrice
A fleur de peau, Alain Juppé était capable de pleurer, au cinéma, devant Sissi l'impératrice ou Autant en emporte le vent. Durant sa crise d'adolescence, il s'évadait sur des disques de Beethoven, Debussy et quelques requiem. Quant à ses programmes télé préférés…  Les Perses, tragédie grecque adaptée par Jean Prat, et la très sérieuse émission Cinq colonnes à la Une.

 Il a eu une grosse phase mystique
"Stoïcisme, sagesse, vision gaullienne, humanisme" : voici comment l'historien nous décrit Alain Juppé. Mais avant, il y a eu un sacré cheminement. A commencer par une très grosse phase mystique entre 10 et 15 ans (oui, c'est jeune). On apprend ainsi qu'il est devenu membre de la confrérie des Chevaliers du Christ de l'abbé Lescaret. Chef des enfants de chœur de sa paroisse, il se rendait régulièrement en pèlerinage à Lourdes. Un parcours qui l'a transformé en "catholique agnostique".

 Il prenait des cuites avant la messe
Mystique, mais pas toujours sobre. Pour fêter son bac, à Mont-de-Marsan, le jeune homme et ses copains ont erré toute la nuit en s'alcoolisant. "A 7 heures du matin", raconte-t-il, "un peu éméchés, nous sommes allés servir la première messe". Ayant découché sans prévenir sa mère, il n'a pas échappé à la rouste en rentrant de l'église. Etudiant, il remettra le couvert. Notamment lors d'un voyage à Moscou en 1962. Après une beuverie à la vodka, le jeune homme se réveille dans la baignoire d'un hôtel, sans visa, au cœur de l'URSS de Khrouchtchev.

 Son moment de grâce en Grèce
Ouvert aux expériences mystiques, Alain Juppé en a connu une en particulier à Athènes. Féru de mythologie, il a visité la Grèce très jeune. Il  y a même eu son moment de grâce : "Une véritable émotion esthétique, un choc dont je ne me suis jamais vraiment remis", raconte l'intéressé, "en pâmoison pendant des heures près du Parthénon au lever du soleil, au coucher du soleil, au clair de lune". Pour célébrer l'événement, le quidam se contenterait aujourd'hui d'un ie devant l'Acropole. Alain Juppé, lui, ce spectacle le rendait… "lyrique, avec l'envie de déclamer la Prière de Renan"…

* Alain Juppé sans masque. De Dominique Lormier. Editions First Document. 16,95 euros.

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques