Plus que 36% de Français satisfaits : Macron fait 10 points de moins que Hollande 100 jours après son élection

Plus que 36% de Français satisfaits : Macron fait 10 points de moins que Hollande 100 jours après son élection

DirectLCI
EN BAISSE - 36% des Français se déclarent satisfaits de l'action du président de la République durant ses 100 premiers jours à la tête du pays, selon une enquête de l'Ifop. Un résultat qui le place derrière son prédécesseur François Hollande au début de son quinquennat.

Mois d'août de baisse dans les sondages pour le chef de l'Etat. Une enquête de l'Ifop publiée vendredi par Le Figaro indique qu'après 100 jours de présidence l'action d'Emmanuel Macron satisfait seulement 36% des Français, contre 46% pour François Hollande à la même période de son mandat en 2012. Un chiffre qui vient s'ajouter au sondage de la semaine dernière où le chef de l'Etat enregistrait une baisse d'opinions favorables, cette fois sur un mois, à 36% au mois de juillet contre 43% au mois de juin (baromètre YouGov).


Cette nouvelle baisse de popularité fait dire au directeur du pôle opinion de l'Ifop Jérôme Fourquet qu'"il n'y a plus de trêve estivale et il n'y a plus d'état de grâce" pour le président de la République. Et d'ajouter par ailleurs : "Les bénéfices de l’élection présidentielle et des législatives, de la recomposition politique avec la nomination de personnalités de droite au gouvernement ou la création du groupe à l’Assemblée, du positionnement du président de la République, se sont évaporés".

Trois raisons à ces mauvais sondages

Le Canard Enchaîné se faisait déjà l'écho de cette baisse de la côte de popularité d'Emmanuel Macron dans son édition de mercredi. Le Palmipède révèle qu'"en privé, le chef de l'Etat a désigné devant une poignée de collaborateurs les responsables de cette mauvaise passe sondagière".


Et l'hebdomadaire satirique de poursuivre avec les trois raisons qu'aurait évoqué par le président de la République : "tout d'abord, l'inexpérimenté groupe parlementaire, qui s'est laissé tailler des croupières par les troupes de Mélenchon. Ensuite, les ministres, qui ne s'expriment pas assez dans la presse. Et enfin, toujours selon lui, "le Premier ministre, qui n'imprime pas assez dans l'opinion".

Plus d'articles

Sur le même sujet