Jean-Luc Mélenchon annonce sa candidature à la présidentielle de 2017

Jean-Luc Mélenchon annonce sa candidature à la présidentielle de 2017

POLITIQUE - Le cofondateur du Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon, a annoncé ce mercredi au 20 Heures de TF1 sa candidature pour la présidentielle de 2017. Une annonce surprise qui fait grincer des dents certains de ses alliés politiques.

Invité du journal télévisé de 20 heures sur TF1 ce mercredi, le cofondateur du Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon, a "proposé" sa candidature pour l'élection présidentielle de 2017.

Sanders, insoumission et sans primaire

"Hors cadre de partis", l'eurodéputé a indiqué s'être un peu précipité après les annonces d'Alain Juppé, François Fillon, Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen : "Dans ces conditions, il faut passer à l'action, ne pas rester sans voix." Jean-Luc Mélenchon a défini son modèle : la surprise socialiste de la primaire américaine Bernie Sanders, avec qui il partage "la même plateforme numérique" (ainsi qu'avec le candidat Obama de 2012 ). Le mot d'ordre ? "L'intérêt général" et la volonté d'"incarner la France insoumise, qui n'a pas de muselière ni de laisse."

Le chef de file du Parti de gauche est farouchement opposé à la réforme constitutionnelle voulue par François Hollande, dont le vote solennel est prévu mercredi à l'Assemblée nationale. Jean-Luc Mélenchon a également refusé de participer à une éventuelle primaire des gauches et des écologistes.

Les copains du Front de gauche en rade

L'annonce a suscité très vite des réactions. La "proposition" de candidature à la présidentielle du porte-voix du Parti de gauche Jean-Luc Mélenchon n'a été "ni discutée ni décidée" avec le Parti communiste, a assuré mercredi soir à l'AFP Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF. "Cette proposition n'a été ni discutée ni décidée dans le cadre du Front de gauche", composé du Parti de gauche, du PCF et d'Ensemble de Clémentine Autain, a-t-il déclaré, assurant l'avoir apprise "en regardant TF1".

"On se s'explique toujours pas pourquoi il n'est pas possible de discuter avec Jean-Luc Mélenchon", a-t-il ajouté, alors que le Parti communiste participe au processus d'une primaire de la gauche et des écologistes, totalement refusé par le député européen.

Selon Olivier Dartigolles, "le peuple de gauche est très inquiet de la tournure que prennent les événements, très inquiet de la manière dont 2017 se présente". "Le peuple de gauche n'a pas besoin d'une candidature en solo, il n'est pas préoccupé par le casting, ce qu'il attend c'est une nouvelle espérance", a-t-il observé.

EN SAVOIR + >> Le PS OK pour primaire de "la gauche de gouvernement", sans Mélenchon

Plus d'articles

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques