Journées du patrimoine : Emmanuel Macron joue les profs d'histoire et se fait "bâcher" par une historienne

Journées du patrimoine : Emmanuel Macron joue les profs d'histoire et se fait "bâcher" par une historienne

BOULETTE - Emmanuel Macron a visité ce samedi en compagnie d'une classe de CM2 le château de Monte-Cristo, dans les Yvelines, en compagnie de Stéphane Bern. Au cours de la visite, le président de la République a joué les profs d'histoire. Sauf qu'il a livré aux élèves une version erronée du rôle de l'édit de Villers-Cotterêts.

Les journées du patrimoine se déroulent tout au long du week-end un peu partout en France. A cette occasion, Emmanuel Macron, en compagnie de la ministre de la Culture Françoise Nyssen et de son nouveau Monsieur Patrimoine Stéphane Bern, a visité ce vendredi 16 septembre avec des élèves d‘une classe de CM2 le château de Monte-Cristo, dans les Yvelines, où a vécu le célèbre écrivain Alexandre Dumas.


Lors de cette visite, l’animateur Stéphane Bern, qui vient de se voir confier une mission bénévole par l’Elysée pour sauver le patrimoine en péril, a présenté à une quinzaine d’élèves l’ordonnance de Villers-Cotterêts signée en 1539 par François 1er, "qui fait du français la langue officielle", a-t-il expliqué. "Si nous parlons tous le français, c’est grâce à l’ordonnance de Villers-Cotterêts", a assuré l’animateur.

Le président Emmanuel Macron, lui aussi féru d’histoire et fan de l’émission Secrets d’Histoire, a aussi joué les profs d’histoire, en déclarant au groupe d’élèves : "A ce moment-là, dans son château, le roi a décidé que tous ceux qui étaient dans son royaume devaient parler français". Une scène immortalisée, comme c’est désormais l’habitude, par le service communication de l’Elysée, puis relayée sur les réseaux sociaux via le compte Twitter du président de la République.

Une interprétation pour le moins approximative qui a fait sortir de ses gonds l’historienne Mathilde Larrère, rapporte Le Huffington Post. "L''édit n'impose en aucun cas le français comme langue aux populations du royaume !" fait remarquer cette ancienne membre du Parti de Gauche, connue sur le réseau social à l’oiseau bleu pour pointer du doigt les approximations historiques des politiques.

L’objectif n’était pas de prohiber l’usage des patois locaux

L’article 11 de l’édit de Villers-Cotterêts ordonne que désormais seront écrits, enregistrés, prononcés et délivrés "en langage maternel françois", toutes les décisions judiciaires, tous les actes de procédure et tous les actes notariés. Le but recherché est de rendre la langue judiciaire accessible aux justiciables.  La mesure était nécessaire en raison de la méconnaissance du latin par la plupart des justiciables. Toutefois, l’objectif poursuivi par le roi n’était pas de prohiber l’usage des patois locaux, contrairement à ce que laissaient entendre les propos d’Emmanuel Macron...

Plus d'articles

Sur le même sujet