"L'anticipation a été complète" : face aux critiques sur la gestion d'Irma, Macron en appelle à la "dignité" depuis les Antilles

DISCOURS - Emmanuel Macron a assuré mardi depuis Pointe-à-Pitre, après les critiques sur la réaction de l'exécutif face à la crise, que le gouvernement avait "répondu plusieurs jours avant" l'ouragan Irma. Il a assuré que le "retour à la vie normale" était la "priorité absolue".

"L'anticipation a été complète." Face aux critiques sur la réaction de l'exécutif aux Antilles, Emmanuel Macron a assuré mardi, 

depuis Pointe-à-Pitre, que le gouvernement avait "répondu plusieurs jours avant" l'ouragan Irma. Le gouvernement "a répondu dès que l'information a été donnée, donc plusieurs jours avant, et constamment tout au long de cette crise", a déclaré le président. "Il n'était pas possible d'avoir une anticipation supérieure."


En réponse à plusieurs membres de l'opposition, dont le député France Insoumise Jean-Luc Mélenchon, le chef de l'Etat s'est dit "favorable" à la création d'une commission d'enquête parlementaire. Il a toutefois estimé que l'heure n'était pas aux polémiques, mais à "l'union nationale", appelant ses détracteurs à la "dignité". "Ces polémiques sont intempestives, inopportunes et manquent de dignité", a ajouté Emmanuel Macron.

Une reconstruction "exemplaire"

Emmanuel Macron a également promis une reconstruction exemplaire des îles antillaises de Saint-Martin et Saint-Barthélemy,  répondant "aux exigences sismiques et environnementales". Pour la reconstruction, "je bousculerai toutes les normes et toutes les procédures pour que le travail (...) se fasse dans les meilleurs délais", a-t-il dit. "Nous ferons vite, nous ferons bien et nous ferons mieux. Je veux que cette reconstruction soit exemplaire, durable (...) Saint-Martin renaîtra, je m'y engage."

Le retour à la vie normale, "priorité absolue"

Le président a également annoncé le déblocage d'une cinquantaine de millions d'euros et la mobilisation de tous les services de l'Etat pour rétablir une situation normale "le plus vite possible". "Le retour à la vie normale, c'est notre priorité absolue",

a-t-il poursuivi, évoquant le téléphone, l'électricité (restauration dans "tous les points sensibles" d'ici la fin de semaine), la production d'eau potable à partir du 20 septembre (mais en "quantité moins importante que ce qu'il y avait avant l'ouragan"), les services de santé, l'école et la sécurité.


Concernant la reprise des cours, Emmanuel Macron a souhaité que certaines écoles ouvrent "dès la semaine prochaine, même pour quelques heures". Un retour à la normale "d'ici la Toussaint" est visé, avec des "tentes gonflables" livrées pour assurer l'accueil des élèves d'ici là.

En vidéo

Emmanuel Macron : "Des dégâts chiffrés à plus d'un milliard d'euros par les assureurs"

Des indemnisations rapides

Outre ces différentes annonces, Emmanuel Macron a condamné des "débordements inacceptables" à propos des pillages, promettant un "retour à l'ordre public". Pour symboliser cette volonté, le président a indiqué sa présence "au côté des forces de l'ordre en patrouille" à Saint-Martin mardi soir.  


Le chef de l'Etat en a également profité pour promettre des procédures accélérées pour l'indemnisation des sinistrés.

Plus d'articles

Sur le même sujet