Le siège du FN en cours de perquisition à Nanterre

Le siège du FN en cours de perquisition à Nanterre

SIÈGE - Après une vague de perquisitions ce mardi, notamment chez Jean-Marie Le Pen, c'est au siège du Front national qu'une perquisition était en cours ce mercredi matin.

Une perquisition était en cours au siège du FN, à Nanterre (Hauts-de-Seine) dans l'affaire des assistants parlementaires européens du parti, selon une information d'iTélé. Le Parlement européen accuse 20 parlementaires de travailler pour le Front national en France, alors qu'ils sont rémunérés par l'Europe. Dans ce dossier, les soupçons portent sur les salaires versés à 20 assistants d'élus frontistes au Parlement de Strasbourg, dont les noms figuraient aussi dans l'organigramme du FN au démarrage de l'enquête, lancée par le parquet de Paris en mars 2015.

Ces doubles étiquettes laissent supposer aux enquêteurs qu'ils sont affectés à d'autres tâches que le seul Parlement tout en étant rémunérés sur des fonds européens. Si les faits étaient avérés, le parquet serait en mesure de considérer qu'il s'agit d'un financement illégal du parti politique.

A LIRE AUSSI >> Les sept plaies du FN

Deuxième perquisition en deux jours

Une enquête préliminaire avait été ouverte par le parquet de Paris en mars 2015 à la demande du parlement européen. C’est la seconde perquisition en deux jours concernant des représentants politiques du Front National. Mardi, une perquisition a eu lieu à la villa de Jean-Marie Le Pen à Montretout, sur les hauteurs de Saint-Cloud (Hauts-de-Seine). et au bureau de son secrétaire particulier, Gérald Gérin. D'autres perquisitions ont eu lieu le même jour, notamment chez un expert-comptable proche du Front national, Nicolas Crochet, qui est déjà mis en examen dans l'enquête distincte sur le financement du parti, ont indiqué des sources proches du dossier.

Au démarrage de l'enquête, Gérald Gérin apparaissait à la fois comme assistant de Jean-Marie Le Pen dans l'organigramme du parti, et comme assistant de l'eurodéputée Marie-Christine Arnautu au sein du Parlement européen. Dans un communiqué, le parti a indiqué ce mercredi que la perquisition du siège du parti était "une opération politique pilotée par Valls et Hollande". Pour Gilbert Collard, député FN du Gard, "on est en présence d'une instrumentalisation politique de la justice".

EN SAVOIR + >> (VIDEO) Perquisition chez Jean-Marie Le Pen

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques