Législatives partielles dans l'Aisne, le Nord et les Yvelines : vers des duels droite-FN ?

Législatives partielles dans l'Aisne, le Nord et les Yvelines : vers des duels droite-FN ?

ELECTIONS - Ces trois élections législatives partielles pourraient voir la droite l'emporter, non sans mal, face au Front national. La gauche, elle, part totalement divisée.

Les Français déjà de retour aux urnes. Enfin, pas tous. Trois législatives partielles sont prévues ce dimanche dans l'Aisne, le Nord et les Yvelines, pour élire les successeurs de Valérie Pécresse, Xavier Bertrand et Gérald Darmanin, élus respectivement en décembre présidente de la région Île-de-France, président et vice-président de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie. La tendance de ce premier tour est la suivante : la droite part favorite, le FN est en embuscade et la gauche complètement éparpillée.

Aisne : un Front national en ascension
A Saint-Quentin (2e circonscription de l'Aisne), pour Julien Dive (LR), 31 ans et maire d'une petite commune voisine, le principal danger viendra du Front national, en la personne de Sylvie Saillard, 55 ans, conseillère municipale de Saint-Quentin. Le FN a en effet enregistré des scores importants dans l'Aisne, où il détient huit sièges au Conseil départemental depuis mars 2015.

Le candidat LR devra aussi se méfier d'un candidat divers droite, le chef d'entreprise Eric Norel. En face, cinq candidats se disputeront les voix de la gauche, dont la socialiste Anne Ferreira et... deux candidats du PCF. Les écologistes auront leur propre candidat, Michel Magniez.

EN SAVOIR + >>  Xavier Bertrand démissionne de l'Assemblée... mais cumule trois mandats

 Nord : un second tour LR/FN
A Tourcoing-Nord (10e circonscription du Nord), le maire de la commune voisine de Roncq, Vincent Ledoux, brigue la succession de Gérald Darmanin. Plusieurs dirigeants Les Républicains sont déjà venus le soutenir. Parmi eux, le président du mouvement, Nicolas Sarkozy.

La gauche part à la bataille divisée, avec quatre candidats (PS, PCF, EELV, MRC). Le FN, bien implanté à Tourcoing, est représenté par Virginie Rosez, conseillère municipale d'une commune limitrophe, qui espère bien se hisser jusqu'au second tour.

 Yvelines : une droite divisée
Dans la 2e circonscription des Yvelines, le candidat LR Pascal Thévenot, également soutenu par l'UDI et le MoDem, apparaît favori pour succéder à Valérie Pécresse. Pascal Thévenot devra faire face aux candidatures de Didier Blanchard (DVD) et Benjamin La Combe, étiqueté "Yvelines pour tous", émanation de "La Manif pour tous". 

Le Front national, qui a réalisé des percées significatives lors des élections régionales dans certaines communes de la circonscription, a investi un candidat de 21 ans, Vincent Collo. A gauche, cinq candidats : Tristan Jacques pour le PS, deux écologistes, un candidat PCF et un Nouvelle Donne.

 Deuxième tour le 20 mars
Pour ces trois circonscriptions, on s'attend à ce que tout se joue au second tour, le 20 mars prochain, avec des duels LR/FN, en raison d'une forte concurrence à droite, d'une gauche dispersée et du risque de faible participation.

En cas de défaite de ses candidats au premier tour, le PS n'aura plus qu'à appeler au "front républicain" pour, une fois de plus, faire barrage au FN. Une stratégie qui, selon Xavier Bertrand  cité par Le Parisien , risque de s'essouffler : "On est dans le cycle de la dernière chance. Ceux qui se mobilisent pour arrêter le FN vont finir par se lasser." C'est pourtant bien le front républicain (et le retrait du PS au second tour) qui a contribué à son élection à la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie en décembre. 

A LIRE AUSSI
>> 
VIDEO - Primaire à droite : NKM se lance dans la course
>> 
NKM candidate : 8 choses que vous ne saviez (peut-être) pas sur sa jeunesse  

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques