L'Etat d'urgence jusqu'à la fin de Daech ? Valls inquiète, Matignon rassure

L'Etat d'urgence jusqu'à la fin de Daech ? Valls inquiète, Matignon rassure

SECURITE – Interviewé par la BBC à Davos vendredi, Manuel Valls a laissé entendre que l'état d'urgence serait prolongé. "Tant que la menace est là, nous pouvons utiliser tous les moyens", a notamment commenté le Premier ministre. Alors que ces propos ont été interprétés comme une volonté de pérenniser l'état d'urgence pendant des années, Matignon assure qu'il n'en est rien.

Dans l'interview qu'il a accordée à la BBC vendredi 22 janvier, Manuel Valls laisse sans surprise entendre que l'état d'urgence sera prolongé. Mais jusqu'à quand ? Les propos rapportés dans les médias de cet entretien avec la radio britannique, réalisé en marge du forum économique de Davos, indiquaient que le Premier ministre voulait prolonger l'état d'urgence jusqu'à ce que Daech soit éradiqué. Autant dire pour des années... La déclaration a provoqué de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux, à l'image de celle de l'ancienne ministre écologiste Cécile Duflot, qui y voit "la fin de l'Etat de droit".

Matignon a réagi en début d'après-midi à ce sujet, affirmant qu'il n'y avait "aucune annonce" et que l'exécutif n'avait "en aucun cas" l'intention de prolonger "indéfiniment" l'état d'urgence.

"Nous ne pouvons pas vivre tout le temps avec l’état d’urgence"

L'AFP s'est procuré l'extrait de l'entretien accordé à la BBC, qui n'a pas encore été diffusé par la chaîne même s'il déjà été abondamment commenté. Selon la retranscription de l'agence de presse, Manuel Valls répond à la journaliste de la BBC qui l'interroge sur la prolongation de l'état d'urgence : "La guerre, c’est utiliser tous les moyens dans notre démocratie pour protéger les Français. Donc, c’est en effet l’état d’urgence. Nous allons voir si nous allons le prolonger".

"Jusqu’à quand?" demande la journaliste. "Le temps nécessaire. Nous ne pouvons pas vivre tout le temps avec l’état d’urgence. Mais tant que la menace est là, nous pouvons utiliser tous les moyens", indique Manuel Valls. "Cela peut-il être pour toujours?", relance l'intervieweuse. "Jusqu’à ce qu’on puisse, évidemment, en finir avec Daech", déclare alors le chef du gouvernement.

Une prolongation avant le 26 février

Mis en place après les attentats qui ont fait 130 morts, le 13 novembre à Paris et Saint-Denis, l'état d'urgence a été prolongé une première fois, douze jours après. Un délai qui expire le 26 février, d'où la probable volonté de l'exécutif de reconduire ce régime d’exception qui permet un renforcement des pouvoirs de la police, de prononcer des assignations à résidence, de mener des perquisitions administratives de jour comme de nuit ou encore d'interdire les rassemblements publics.

Autant de mesures que critiquent aujourd’hui des associations de défense des droits et libertés, telles que la Ligue des droits de l'Homme, qui pointe un régime portant "une atteinte grave et manifeste aux libertés publiques" et a saisi le Conseil d’État pour tenter de lever ce dispositif.

EN SAVOIR +
>> L'état d'urgence, critiqué mais encore prolongé ? "Tout à fait probable"

>>   Attentats de Paris : l'état d'urgence, comment ça marche ?

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques