Un "faux dur incapable de rassembler" : les affiches du FN pour démolir François Fillon

Elections présidentielles

Voir
OFFENSIVE - Tout juste propulsé candidat de la droite à la présidentielle, François Fillon est attaqué par le FN. Au cœur des critiques : ses réformes économiques et ses postures en matière d'immigration.

Si le Front national n’avait jamais semblé s’inquiéter de l’éventuelle victoire de François Fillon à la primaire de la droite et du centre, sa spectaculaire remontée durant l’entre-deux tours et son écrasante victoire dimanche (66,5%) ont poussé le parti de Marine Le Pen à riposter. Pro-Poutine, ultra-libéral et défenseur des valeurs traditionnelles, Fillon inquiète le FN qui semble craindre qu'une partie de son électorat soit séduite par le candidat Les Républicains (LR) et chaque membre y va de sa petite affiche pour démolir "le vrai Fillon". 


Sur Twitter, Marion Maréchal Le Pen pointe la cinquante-huitième page du programme du candidat et met en avant le refus de ce dernier de rétablir les frontières nationales. "Pour protéger les Français, rétablir nos frontières nationales ? Un 'leurre' et une 'démagogie' : voilà ce que pense le vrai Fillon". Ce même "vrai Fillon" qui, pour Julien Leonardelli, secrétaire départemental du FN, incarne "la poursuite d'une immigration de masse et l'effacement de notre identité nationale par l'expansion du communautarisme".

Recyclant les citations et les propositions de Fillon, le FN passe à l’offensive et tente de défendre sa place. "Minarets, démultiplication des mosquées, horaires séparés au BAC pendant le ramadan, immigration massive : c'est ÇA le vrai Fillon", avance un compte soutien de Marine Le Pen. 

Visiblement plus déterminé que ses confrères, David Rachline, sénateur-maire de Fréjus, a lui choisi de révéler qui est "le vrai Fillon" dans une vidéo. "Peu de nouveauté", François Fillon n’est pas "un homme neuf", affirme-t-il. "De toute évidence, le système s’est trouvé une nouvelle vedette et veut nous faire croire, sans doute faute de mieux, que François Fillon incarne le renouveau de la politique". Pendant plus de cinq minutes, David Rachline pointe le bilan de "cet homme qui n’a jamais su dire non à Sarkozy", "l’homme de l’explosion du chômage et des impôts, l’homme des 200.000 entrées légales des étrangers par an et des 12.500 suppressions de postes de policiers" ou encore, "l’homme qui a accepté la trahison du traité de Lisbonne". 

Selon lui, François Fillon incarne "une promesse terrible de régression pour la France". A l’inverse de Marine Le Pen sans doute, qui rappelons le, prône le "Rétablissement de la peine de mort" dans son programme. Mais en cela, rien de dérangeant pour Gaëtan Dussausaye non plus, Directeur national du Parti qui écrit : "35, 39, 40, 48 heures ... Avec le vrai Fillon, ce n'est plus un retour au début du XXe siècle, mais au Moyen-Âge !"


En somme, selon les membres du front national, Fillon est "un faux dur", "sera incapable de rassembler le peuple des patriotes français", signifie que "les clandestins continuent à profiter de notre générosité", représente "la préférence étrangère plutôt que le soutien au peuple français et incarne le retour vers le XIXe siècle". Signe d’une réelle menace et donc d’un candidat redoutable.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Elections présidentielles

Plus d'articles

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques