L'excuse d'Emmanuelle Cosse pour pouvoir cumuler ses mandats

L'excuse d'Emmanuelle Cosse pour pouvoir cumuler ses mandats

50 NUANCES - Emmanuelle Cosse, récemment nommée ministre du Logement, était présente jeudi dernier au Conseil régional d'Île-de-France. Pourtant, l'écologiste affirme ne pas cumuler les mandats, mais les "fonctions".

Ce jeudi matin, au Conseil régional de la région Ile-de-France, Emmanuelle Cosse est venue siéger, l'air de rien. Élue régionale depuis 2010, réélue en décembre dernier, puis nommée ministre du Logement lors du remaniement, cette double-casquette pose tout naturellement la question du cumul des mandats.

Et l'ex-secrétaire générale d'EE-LV, qui a quitté son poste de présidente du groupe écolo à la région, a donné sa réponse à BFMTV : "Je suis opposée au cumul des mandats, dans le temps et en nombre. Mais là, vous parlez de cumul des fonctions, et moi je vais continuer à être élue locale d'opposition, comme le sont beaucoup de personnalités, beaucoup de ministres."

Cumul des fonctions ?

Mais quelle est donc la subtile différence entre le cumul des mandats et celui des fonctions, qui jusqu'à présent nous avait échappé à tous ? Il faut comprendre qu'être ministre est bel et bien une fonction et non un mandat, ce dernier sous-entendant qu'il y a eu élection.

Donc dans les faits, Emmanuelle Cosse dit vrai, elle ne cumul aucun mandat électif. Et puis, de toute façon, cette loi sur le non-cumul ne s'appliquera que dans un an. Sauf que, à écouter ces explications, difficile de ne pas se remémorer cette promesse du candidat Hollande.

Soutien d'élus

Cette micro-polémique a suffi pour que d'autres élus d'Ile-de-France viennent au secours d'Emmanuelle Cosse. "Elle est conseillère régionale d'opposition, donc c'est quand même beaucoup plus simple d'organiser son temps", a ainsi rétorqué Chantal Jouanno vice-présidente du conseil régional et sénatrice UDI.

De la même manière, Carlos Da Silva, député socialiste et conseiller régional soutient l'élue écologiste : "Elle a démissionné de beaucoup de responsabilités. Elle garde un mandat simple d'opposition de base, chacun sait qu'être ministre n'est pas une mission durable par essence, par conséquent elle a raison de garder ce mandat." La France reste tout de même très en retard sur la question du cumul des mandats. Sur 577 députés, 476 exercent au moins un autre mandat électif. Une exception européenne .

À LIRE AUSSI >> Ministres, Cosse et Placé veulent quand même rester conseillers régionaux

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques