Loi Travail : pourquoi la CFDT manifeste-t-elle à contretemps ?

Loi Travail : pourquoi la CFDT manifeste-t-elle à contretemps ?

PAS CONTENT - La CFDT et les autres syndicats dits réformistes organisaient ce samedi des rassemblements dans toute la France pour faire pression sur le gouvernement. Mais pourquoi sont-ils en décalage des autres organisations ?

Alors que, mercredi 9 mars, la CGT, FO, l'Unef, l'UNL, la FSU et Solidaires (ainsi que la plupart des partis de gauche) battaient le pavé contre la loi Travail, d'autres organisations avaient décidé de se manifester ce samedi 12. Il s'agit de la CFDT, de la CFE-CGC, de la CFTC, de l'Unsa et de la Fage, toutes réputées être des organisations "réformistes".

EN SAVOIR + >>  Au moins 224.000 personnes contre la loi Travail, retour sur une journée de mobilisation

Dans un communiqué, la CFDT annonçait ainsi qu'elle entendait "peser sur le contenu de l’avant-projet de loi El Khomri", avant de retrouver tous les partenaires sociaux et Manuel Valls, lundi 14, pour l'annonce des quelques modifications du projet de loi.

Pas de retrait du texte

Le front syndical est clairement divisé sur ce projet de loi. D'un côté, ceux qui ont manifesté le 9 mars et qui demandent le retrait pur et simple du texte. De l'autre, ceux qui défilent ce samedi et qui réclament "de profondes modifications" du projet de loi, pour reprendre les mots du patron de la CFDT Laurent Berger.

Alexandre Leroy, président de la Fage, deuxième syndicat étudiant, résumait  au micro de RTL  les points sur lesquels les réformistes entendaient faire reculer le gouvernement : "Il y a des choses qui doivent être retirées, notamment concernant les licenciements économiques, les indemnités prud’homales, le temps de travail sans négociation, et temps de travail des apprentis mineurs."

EN SAVOIR +
>> Tout comprendre à la réforme : les licenciements seront-ils facilités ?

>> "Non merci" : levée de boucliers des internautes contre la réforme du Travail

Divisions syndicales

En organisant cette contre-manifestation, les "réformistes" se mettent à dos bon nombre des opposants à la loi Travail, et courent le risque d'apparaître comme très minoritaires, comparés à la manifestation du 9 mars...

Reste à voir si ces manifestations seront suffisantes pour que le gouvernement prenne leurs revendications au sérieux. En attendant, Laurent Berger est clair : "Si la CFDT n’obtient pas satisfaction, nous nous mobiliserons". De là à manifester avec tout le monde ? En attendant, le syndicat n'a pas exactement le même point de vue que les centrales concurrentes sur cette journée de mobilisation...

A LIRE AUSSI
>>  Sondage exclusif - Loi Travail : les Français largement favorables à une refonte du texte
>> 
VIDÉO - Loi travail : les discussions entre Valls et les jeunes s'engagent mal
>> 
Loi Travail : le gouvernement envisage de surtaxer les CDD

Et aussi

Les tags

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques