M'Jid El Guerrab "démissionne" de la République en marche

M'Jid El Guerrab "démissionne" de la République en marche

CONSÉQUENCES - Le député de la 9e circonscription des Français de l'étranger, mis en examen pour violence volontaire après avoir roué de coups un responsable socialiste le 30 août, a annoncé son départ, ce mardi, au conseil d'administration du mouvement.

Mis en examen pour violences volontaires avec armes, le député de la 9e circonscritpion des Français de l'étranger (Magreb et Afrique de l'Ouest) M'Jid El Guerrab a présenté sa démission mardi 5 septembre auprès du conseil d'administation de la République en marche, l'instance suprême du parti. Condamné par ses pairs, mis au ban du parti, le député était dans la tourmente après avoir agressé un responsable du Parti socialiste Boris Faure, le 30 août, à coups de casque de moto. 

En vidéo

Benjamin Griveaux : "M'jid El Guerrab s'est exclu du groupe par son propre comportement"

Les faits ayant été constatés en flagrance, l'élu ne bénéficie pas de l'immunité parlementaire et encourt cinq ans de prison et 45.000 euros d'amende. Le conseil d'administration du mouvement, qui écrit "accepter la démission" du député, a expliqué par communiqué que "par son comportement incompatible avec le respect de [ses] principes fondateurs, M'Jid El Guerrab n'est plus en mesure de participer à ce projet". 


Et, sans l'appeler à démission, d'inciter l'élu à "prendre toutes ses responsabilités et de justifier devant ses électeurs de la poursuite de son mandat".

Plus d'articles

Sur le même sujet