Marche républicaine à Paris : un cortège historique de chefs d'Etat

Marche républicaine à Paris : un cortège historique de chefs d'Etat

DIPLOMATIE - Une cinquantaine de dirigeants étrangers ont participé dimanche après-midi à la marche républicaine à Paris. Parmi eux, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président palestinien Mahmoud Abbas.

Yeux fermés, Angela Merkel pose son front sur l'épaule de François Hollande. Plus de 30 ans après la célèbre poignée de main entre François Mitterrand et Helmut Kohl à Verdun, cette nouvelle image restera à son tour gravée dans l'Histoire. Aux côtés des dirigeants français et allemands bras dessus bras dessous, une cinquantaine de chefs d'Etat étrangers (le Britannique David Cameron, l'Italien Matteo Renzi, l'Espagnol Mariano Rajoy et bien d'autres) ont également participé dimanche après-midi à Paris à une marche républicaine unique dans les annales, donnant à sa tête des allures de sommet diplomatique.

EN SAVOIR +
>> Au moins 3,3 millions de personnes à travers la France >> Marche républicaine, mode d'emploi
>> Les personnalités politiques présentes à la marche
>> De Nice à Toulouse, l'hommage géant de la France à Charlie Hebdo


Les chefs d'Etat en car depuis l'Elysée

Symbole fort de l'importance du moment : le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou et son homologue palestinien Mahmoud Abbas ont fait ensemble le déplacement. Sur la même ligne, entraînés par François Hollande, ils ont emprunté le parcours ultra-sécurisé réservé aux responsables internationaux, remontant un boulevard parisien sous les applaudissements, avant de se figer pour une minute de silence puis de repartir. Les dirigeants internationaux avaient auparavant pris un autocar depuis l'Elysée pour rallier la marche, ouverte par les survivants de Charlie Hebdo et les familles de toutes les victimes des attentats de ces derniers jours.

Autre exception géopolitique, le président ukrainien Petro Porochenko et le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov étaient eux aussi présents dans un cortège où figuraient encore huit présidents africains, dont le Malien Ibrahim Boubacar Keïta. Suivis, au deuxième rang, par les principaux responsables politiques français. "Les images d'aujourd'hui feront du 11 janvier 2015 une date aussi célèbre que Marignan, la France redevient le phare du monde", n'a pas hésité à déclarer le grand rabbin de France, Haïm Korsia. Dimanche à Paris, l'Histoire ne savait plus où donner de la tête.

LIRE AUSSI >> Viktor Orban, Ali Bongo...ces invités (un peu) gênants de la marché républicaine


 

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques