Najat Vallaud-Belkacem, carte maîtresse de François Hollande pour 2017 ?

Najat Vallaud-Belkacem, carte maîtresse de François Hollande pour 2017 ?

ATOUT - Si le président François Hollande se lance officiellement dans la course à la présidentielle, Najat Vallaud-Belkacem sera-t-elle sa directrice de campagne ? Les rumeurs le disent... Et la ministre de l’Education nationale serait un atout non négligeable pour le chef de l’Etat.

Des rumeurs l’annoncent comme la future directrice de campagne du président-candidat François Hollande. Interrogée à ce sujet sur RMC-BFMTV ce jeudi matin, Najat Vallaud-Belkacem n’a pas confirmé, mais elle a affirmé qu’elle souhaitait être "très impliquée" dans la campagne, pour laquelle elle souhaite voir le chef de l’Etat se présenter.  

Selon Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop, Najat Vallaud-Belkacem a plusieurs atouts. "Tout d’abord, elle est en rupture avec l’image que l’on a du personnel politique : c’est une femme, elle est jeune, brillante. Deuxièmement, elle est une fidèle de François Hollande, avec qui elle a connu une ascension fulgurante, de porte-parole du gouvernement à ministre des Droits des femmes puis de l’Education nationale." Au point que Najat Vallaud-Belkacem est désormais considérée comme appartenant à la "hollandie", alors qu’elle en est une pièce rapportée : en 2007 et à la primaire socialiste de 2011, elle avait été la porte-parole de la candidate Ségolène Royal. 

"La ministre jouit d’un crédit auprès des Français, et d’un crédit à gauche"Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'Ifop

Enfin, Frédéric Dabi explique que "la ministre jouit d’un crédit auprès des Français, et d’un crédit à gauche. Même si sa réforme du collège a abîmé son image, notamment auprès des enseignants, électorat traditionnel de la gauche." Cependant, le politologue doute qu’elle puisse à elle seule redresser la situation quasi désespérée dans laquelle se trouve François Hollande. Surtout, selon lui, "le rôle d’un directeur de campagne, même s’il est important, a un impact marginal".

Au-delà de la campagne présidentielle de 2017, d'autres rumeurs font part des envies de Najat Vallaud-Belkacem debriguer la tête du Parti socialiste. Pour succéder à Jean-Christophe Cambadélis, ses atouts seraient alors les mêmes que ceux listés ci-dessus. 



VIDEO. Najat Vallaud-Belkacem, future patronne du PS ?

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques