Sur LCI, Pierre Laurent appelle Hollande et Valls à ne pas se présenter à la primaire de la gauche

PRÉSIDENTIELLE - Invité de LCI ce mardi matin, le secrétaire national du Parti communiste Pierre Laurent a estimé que ni François Hollande, ni Manuel Valls ne devraient se présenter à la primaire de la gauche en vue de la présidentielle 2017.

Alors que tout le monde s'interroge sur la candidature de François Hollande ou de Manuel Valls à la primaire de la gauche, Pierre Laurent n'en veut aucun des deux. Interrogé sur LCI mardi 29 novembre, le secrétaire national du Parti communiste a estimé qu'ils n'étaient pas en mesure de "conduire la gauche à la victoire". 


Et de lister les accomplissements qui les disqualifie. "Ils ont fait la loi Macron, ils ont fait la loi Travail, ils ont essayé de faire la déchéance de nationalité et cela contre la gauche", a-t-il expliqué, tout en soulignant qu'ils avaient notamment eu recours au 49.3 "parce qu'ils n'avaient pas de majorité à l'Assemblée nationale".

Hollande, Valls et Macron sont responsables de la situation de la gauchePierre Laurent

Pour lui, si la gauche est aujourd'hui dans "un état particulièrement inquiétant", c'est à cause du gouvernement. "Hollande, Valls et Macron sont responsables de cette situation", a-t-il précisé, incluant celui qui se présente en dehors de la primaire pour la présidentielle.


C'est pourquoi Pierre Laurent appelle à un rassemblement entre Jean-Luc Mélenchon, les communistes et la "gauche du Parti socialiste", c'est-à-dire, selon lui, "ceux qui ont enfin compris qu'il fallait tourner le dos à ces politiques d'austérité et à ces politiques ultralibérales". Ce samedi, les militants communistes ont voté pour un soutien à l'ancien président du Parti de gauche, désavouant les cadres du parti, qui avaient, eux - et contre l'avis de Pierre Laurent -, refusé l'alliance. 

Yann Galut, député PS du Cher : "Je pense que Manuel Valls aurait dû démissionner s'il avait eu le courage de ses convictions"

Malek Boutih, député PS de l'Essonne : "Je ne connais aucune force politique qui peut accepter d'aller à une élection en disant : 'On a perdu d'avance'"

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques