Logement : davantage de logements "très sociaux" et moins de normes de construction dans le parc libre

HABITATION - En déplacement à Toulouse, Emmanuel Macron a présenté ce lundi les grands axes de sa réforme sur le logement avec, notamment, la création de 50.000 places remplaçant les nuitées d'hôtel pour les plus précaires ainsi qu'une "libération" de la construction par une "réduction" des normes environnementales et sociales.

Plus de places et moins de normes, ce sont les deux lignes directrices de la réforme voulue par Emmanuel Macron en matière de logement. En déplacement à Toulouse ce lundi 11 septembre, le président de la République a tout d'abord annoncé la création de 50.000 places supplémentaires pérennes pour les plus précaires : 10.000 dans des pensions de famille et 40.000 dans le parc locatif. Celles-ci doivent remplacer des nuitées d'hôtels, qu'il juge inadaptées et "très coûteuses". Cette mesure doit être mise en oeuvre de manière "accélérée" dans 15 territoires volontaires dont Toulouse. Les 40.000 places dans le parc locatif comporteront des mécanismes d'"intermédiation locative", c'est-à-dire que des plateformes intermédiaires assumeront le risque locatif. Ce qui permettra de proposer des logements "beaucoup mois chers en ville", selon Emmanuel Macron.


D'autre part, le président veut accroître la construction de logement neufs dans le parc social en portant à 40.000 par an dès 2018 et "sur tout le quinquennat" la construction de logements "très sociaux". 

En vidéo

Macron sur le logement d'urgence

Réduire les normes

Autre mesure souhaitée par l'exécutif : réduire les exigences des normes environnementales et sociales pour faciliter la construction de logements dans le parc libre. "Notre pays en construit trop peu car notre système est bloqué par la sur-règlementation, a estimé Emmanuel Macron. Il faut diminuer cette règlementation pour la rendre plus pragmatique, y compris sur des normes qui relèvent de très bons sentiments, quelques fois environnementales et sociales." 


Et d'anticiper les critiques : "On me dira que je ne respecte pas l'environnement, ou parfois le handicap, parfois ceci ou cela. Mais il faut du pragmatisme (...), c'est essentiel pour résoudre le problème du logement (...). On peut créer tout le logement social de la Terre mais dans toutes les zones où le prix a monté on ne sort pas du logement social. C'est pour cela qu'il faut pouvoir construire plus dans le (parc de logements) libre."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Plus d'articles

Sur le même sujet