Primaire de la droite : après avoir été écarté, Hervé Mariton ne déposera pas de recours

Primaire de la droite : après avoir été écarté, Hervé Mariton ne déposera pas de recours

La bataille pour la présidentielle à droite

Voir
PLAN B - Déchu par la Haute Autorité chargée du scrutin de la primaire de droite et du centre, le député LR de la Drôme a finalement expliqué qu’il respecterait la règle.

Hervé Mariton est sous le choc après l’invalidation de sa candidature à la primaire de la droite, mais ne formera pas de recours contre cette décision. Mercredi, la Haute Autorité a écarté le dossier du député LR de la Drôme, "après vérification exhaustive" de tous les parrainages, ramenant le nombre de candidats officiels à sept. En cause ? Le fait que certains candidats lui ayant apporté leur soutien, l’ont également fait pour d’autres postulants. Une pratique interdite selon le règlement de la primaire qui prévoit qu’un parrainage soit exclusif. Ces signatures étant donc devenues caduques, Hervé Mariton s'est retrouvé en déficit de 24 parrainages sur les  2500 nécessaires.  

C'est un choc d'autant que mon combat est un combat intenseHervé Mariton

Un coup dur pour le député. "C'est un choc, c'est cruel pour moi, pour les parlementaires, (…) J'avais rempli les conditions, 21 parlementaires, 300 élus locaux qui m'ont parrainé. C'est un choc d'autant que mon combat est un combat intense, c'est un combat de conviction qui (…) s'arrête pour des raisons de forme", a-t-il déclaré sur RTL ce jeudi matin. Alors que ses équipes étudiaient la possibilité d’un recours, le député a finalement expliqué qu’il respecterait la règle. "Je veux dire très clairement que je ne ferai pas de recours (…) Je ne vais pas aller devant les tribunaux (…) Je suis respectueux de l'unité de ma famille politique".


Reste à Hervé Mariton d’apporter son soutien à l’un de ceux qui ont eu plus de chance que lui. Et le choix est vaste puisque Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, Jean-François Copé,  Nathalie Kosciusko-Morizet, Bruno Le Maire, Jean-Frédéric Poisson et François Fillon, font partie des heureux élus. S’il a confié avoir reçu des coups de fil de Fillon, Copé, Juppé et l’entourage de Sarkozy, le candidat déchu a indiqué qu’il se prononcerait dans "les jours qui viennent", "en fonction des positions de chacun".

VIDEO  - Mariton n'entrera pas dans la course de la primaire de droite.

La bataille pour la présidentielle à droite

Voir
Tout savoir sur

Tout savoir sur

La bataille pour la présidentielle à droite

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques