Quand le fisc perquisitionne le trésor caché de Jean-Marie Le Pen

Quand le fisc perquisitionne le trésor caché de Jean-Marie Le Pen

DirectLCI
PICSOU - Ce dimanche, le JDD dévoile les dessous des perquisitions menées par le fisc chez Jean-Marie Le Pen. Les enquêteurs y ont notamment retrouvé des louis d'or, cachés dans l'un des six coffres-forts du président d'honneur du FN.

Terrible nouvelle pour Jean-Marie Le Pen. Le JDD révèle ce dimanche le contenu des perquisitions qui ont été menées chez le président d'honneur du Front national dans le cadre d'une enquête pour blanchiment et fraude fiscale aggravée. Et ces perquisitions ont permis aux enquêteurs de faire des découvertes intéressantes. Le fisc a découvert dans le coffre-fort de Gérald Gérin, le majordome des Le Pen, des documents attestant l'existence d'un prêt de 25 000 euros venant de Cotelec, le micro-parti de Jean-Marie et Marine Le Pen, ainsi qu'un autre prêt de 300 000 euros provenant directement de Jean-Marie Le Pen. "C'était pour rembourser un appartement, et j'ai remboursé depuis", assure Gérald Gérin.

Le fisc a également saisi, selon le JDD , six coffres-forts appartenant à Jean-Marie Le Pen, disposés dans deux des demeures du couple. Il y en avait un si imposant que les experts n'ont même pas réussi à l'ouvrir. A l'intérieur d'un vieux coffre Napoléon III (photo ci-jointe), les enquêteurs ont trouvé 29 louis d'or, ce qui correspond à la coquette somme de 5 336 euros. Pour rappel, Jean-Marie Le Pen avait reçu 30 millions de francs en héritage dans les années 1980. 

"Des méthodes inquisitoriales" pour Le Pen

La plainte du fisc vise Jean-Marie Le Pen, son épouse Jany Le Pen ainsi que son majordome, Gérald Gérin, au passage candidat aux régionales dans la région PACA. Ce dernier est suspecté d'avoir blanchi plusieurs millions d'euros via des sociétés dont les comptes seraient domiciliés dans divers paradis fiscaux (Îles Vierges, Guernesey, Suisse). Mais il l'assure, tout ceci n'a rien à voir avec l'argent des Le Pen.

Sur son site Internet , Jean-Marie Le Pen a publié plusieurs communiqués sur cette affaire. Il y compare les méthodes du fisc à celles de l'Inquisition, avant de commenter la situation comme s'il s'agissait d'un cambriolage : "L'objet était contemporain du premier propriétaire de la demeure, chef de cabinet de l’Empereur Napoléon III, et se trouvait dans la chambre à coucher du président d’honneur du Front national, désormais dévastée." Le fondateur du FN a même pris le temps de publier une photo de ce coffre, comme pour prouver les faits qu'il dénonce.

À LIRE AUSSI
>> Le fisc porte plainte contre Jean-Marie Le Pen pour fraude fiscale
>> Affaires judiciaires : les sept plaies du FN

Plus d'articles

Sur le même sujet